banner du site

Menu Enseignement.be

logo infos coronavirus
logo infos coronavirus
logo infos Ukraine
logo du site Mon Espace
logo du pacte d'excellence
logo FAQ+
logo des annuaires scolaires
logo espace enseignant
logo des communiques de presse
logo du magazine PROF
 

ATTENTION: cette page est désactivée et n'est pas visible par les internautes.
Toutefois, vous pouvez la voir car vous êtes connecté à l'intranet de la Fédération Wallonie Bruxelles.

ATTENTION: cette page est visible uniquement depuis l'intranet de la Fédération Wallonie Bruxelles.

ATTENTION: cette page n'est normalement plus visible du tout.

ATTENTION: cette page n'est plus visible du tout depuis le 31-12-9999 à 00:00.

ATTENTION: cette page ne sera visible qu'à partir du 17-12-2014 à 00:00.

Magazine PROF n°52

 

Edito: Question de genre

Ça vous a peut-être échappé, mais mi-novembre, Le Robert intégrait [iel] dans son Dico en ligne, défini comme « pronom personnel sujet de la troisième personne du singulier et du pluriel, employé pour évoquer une personne quel que soit son genre », en précisant que son usage est « rare » et limité à « la communication inclusive ».

Et revoilà la guéguerre commerciale Larousse/Robert, les posts incendiaires, les cris d’orfraie des thuriféraires hexagonaux d’une langue pure fleurant bon la naphtaline.

Un mois auparavant, chez nous, terre d’illustres grammairiens plus observateurs de l’usage que prescripteurs d’une norme académicienne, le Parlement de la Fédération Wallonie-Bruxelles votait un décret obligeant (dès janvier 2022) pouvoirs publics, établissements d’enseignement, associations subventionnées… à féminiser les noms de métiers, grades… et à opter pour « les bonnes pratiques non discriminatoires quant au genre » dans leurs « documents écrits [et] communications orales, quel qu’en soit le support » (1), ce à quoi s’emploie modestement votre magazine.

Orthographe rectifiée, écriture inclusive, voire non genrée, et même création de graphies non binaires portées par des collectifs militant contre l’assignation de genre (2)… On comprend la perplexité du corps professoral chargé d’enseigner une langue de Voltaire si changeante et privée d’un neutre anglais très politiquement correct.

Si ce n’étaient que des mots…

L’autre jour, mon épouse, qui décrypte l’actualité pour les 9-13 ans, revenait de la Montagne Magique émue par Norman c’est comme normal, à une lettre près, spectacle qui « questionne le rapport à la norme […] et les codes culturels d’appartenance aux genres » sans être didactique ni moralisateur. Juste après, petit débat avec le jeune public. Tour de parole. « Vous dites, votre prénom, puis le pronom qui vous ressemble… » Des [il], des [elle], et un [iel]… Qui n’est décidément pas qu’un mot !

Bonne lecture, et belle fin d’année.

 

Didier CATTEAU
Rédacteur en chef

(1) Téléchargeable via www.gallilex.cfwb.be/fr/leg_res_02.php?ncda=49998&referant=l01
(2) Voir à ce sujet genderfluid.space, blog de Bye Bye Binary, collectif qui « propose d’explorer de nouvelles formes
graphiques et typographiques
» en lien avec l’écriture inclusive.

 

Au sommaire de PROF n°52

 

Téléchargez le Magazine PROF n°52 !

Magazine PROF n°0052: (ressource 16768) Magazine PROF n°0052

Moteur de recherche

La dernière édition

Toutes les éditions

Retrouvez toutes les éditions de PROF.

Tous les dossiers

Retrouvez également tous les dossiers de PROF regroupés en une seule page !