Enseignement.be - Magazine PROF n°36

banner du site

Menu Enseignement.be

logo infos coronavirus
logo du site Mon Espace
logo du pacte d'excellence
logo FAQ+
logo des annuaires scolaires
logo espace enseignant
logo des communiques de presse
logo du magazine PROF
 

ATTENTION: cette page est désactivée et n'est pas visible par les internautes.
Toutefois, vous pouvez la voir car vous êtes connecté à l'intranet de la Fédération Wallonie Bruxelles.

ATTENTION: cette page est visible uniquement depuis l'intranet de la Fédération Wallonie Bruxelles.

ATTENTION: cette page n'est normalement plus visible du tout.

ATTENTION: cette page n'est plus visible du tout depuis le 31-12-9999 à 00:00.

ATTENTION: cette page ne sera visible qu'à partir du 17-12-2014 à 00:00.

Magazine PROF n°36

 


Dossier Quand le théâtre entre en classe

Être à l’écoute

Article publié le 11 / 12 / 2017.

Laura Nyssen, responsable de la médiation des publics jeunes au Rideau de Bruxelles : « En janvier, je lis les textes des pièces de la saison à venir pour repérer les thématiques intéressantes (découvrir un auteur, un point de vue, une scénographie…), anticiper des difficultés de compréhension pour les élèves ».

« Puis, selon la pièce et/ou la demande de l’enseignant, j’organise la venue en classe d’un auteur, d’un comédien, ou d’un metteur en scène, pour préparer les élèves au fond et au contenu, faire des exercices participatifs. Parfois, c’est un intervenant extérieur : pour Un grand amour, seul en scène de l’épouse d’un exterminateur de masse, l’ASBL Mémoire d’Auschwitz a resitué le contexte historique ».

« Le plus important : être à l’écoute. Par choix, le Rideau mêle les plus de 16 ans au public adulte, en soirée. Je vais voir le spectacle avec des jeunes, je les rencontre juste après, pour entrer dans leur tête et mieux ajuster la préparation ».

« J’observe que la plupart des enseignants sont demandeurs d’une rencontre préalable et n’hésitent pas à y consacrer du temps scolaire pour impliquer davantage les élèves dans le spectacle. Les publics jeunes sont très diversifiés. Le challenge, c’est de réussir à les intéresser suffisamment pour qu’ils viennent au théâtre en dehors du temps scolaire ».