Enseignement.be - Magazine PROF n°25

banner du site

Menu Enseignement.be

logo infos coronavirus
logo du site Mon Espace
logo du pacte d'excellence
logo FAQ+
logo des annuaires scolaires
logo espace enseignant
logo des communiques de presse
logo du magazine PROF
 

ATTENTION: cette page est désactivée et n'est pas visible par les internautes.
Toutefois, vous pouvez la voir car vous êtes connecté à l'intranet de la Fédération Wallonie Bruxelles.

ATTENTION: cette page est visible uniquement depuis l'intranet de la Fédération Wallonie Bruxelles.

ATTENTION: cette page n'est normalement plus visible du tout.

ATTENTION: cette page n'est plus visible du tout depuis le 31-12-9999 à 00:00.

ATTENTION: cette page ne sera visible qu'à partir du 17-12-2014 à 00:00.

Magazine PROF n°25

 


Dossier Neurosciences et éducation :
un dialogue en construction

Le buzz des neurones miroirs

Article publié le 01 / 04 / 2015.

« La science n’est pas immunisée de certains effets de mode », souligne Bruno Dubuc, qui anime le site Le cerveau à tous les niveaux (http://www.lecerveau.mcgill.ca). Et les neurones miroir pourraient en faire partie…

Il y a une vingtaine d’années, Giacomo Rizzolatti (Université de Parme) a découvert dans le cortex du macaque que certains neurones émettent des potentiels d’action quand l’animal fait un mouvement, mais aussi quand il regarde un congénère ou un humain faire le même geste. On les appela « neurones miroirs » parce que l’action observée semble reflétée dans la représentation motrice de la même action chez celui qui l’observe.

De là à clamer qu’on avait trouvé chez l’homme les neurones de l’empathie, de la capacité à comprendre l’autre, il n’y eut qu’un pas, franchi allègrement… « Sans rien enlever au caractère singulier des neurones miroirs », Bruno Dubuc met en avant les travaux de Gregory Hickok (1) selon qui « cette théorie de la compréhension des gestes d’autrui est pour le moins mal appuyée par les faits expérimentaux ».

La « belle unanimité » autour du rôle des neurones miroirs s’explique parce que cette théorie, simple à comprendre, semble aller de soi. Mais elle empêche du même coup d’explorer d’autres hypothèses. Bref, le buzz ne fait pas avancer la science…

(1) https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC2773693/ (en anglais)