banner du site

Menu Enseignement.be

logo infos coronavirus
logo infos coronavirus
logo du site Mon Espace
logo du pacte d'excellence
logo du PECA
logo FAQ+
logo des annuaires scolaires
logo espace enseignant
logo des communiques de presse
logo du magazine PROF
 

ATTENTION: cette page est désactivée et n'est pas visible par les internautes.
Toutefois, vous pouvez la voir car vous êtes connecté à l'intranet de la Fédération Wallonie Bruxelles.

ATTENTION: cette page est visible uniquement depuis l'intranet de la Fédération Wallonie Bruxelles.

ATTENTION: cette page n'est normalement plus visible du tout.

ATTENTION: cette page n'est plus visible du tout depuis le 31-12-9999 à 00:00.

ATTENTION: cette page ne sera visible qu'à partir du 17-12-2014 à 00:00.

Magazine PROF n°17

 


Dossier T’ar ta gueule à la récré

Des rythmes et des mots

Article publié le 01 / 04 / 2013.

Symphonie de couleurs dans la grisaille devant le Palais de Justice. Une cinquantaine d’élèves de l’Athénée Robert Catteau, à Bruxelles, entonnent sur un rythme de rap, devant des classes primaires et secondaires « Pesten is stom, pesten is laag […] Neem het op voor wie in nood is! Kijk niet toe, laat niet began » (1).

© PROF/FWB

« L’an dernier, j’ai été confrontée à un cas grave de harcèlement dans une classe de 1re secondaire », explique Sabine Dannau, professeure de néerlandais. Elle a vu l’occasion d’accrocher davantage ses élèves à l’apprentissage du néerlandais en leur présentant le concept Move mee tegen pesten (bouger contre le harcèlement) lancé en région flamande. Cette chorégraphie incite chacun à dire non au harcèlement en mettant l’accent sur l’entraide.

Ce projet a fait boule de neige : un panneau-pétition contre le harcèlement a été placé dans le hall de l’école ; Sylviane Delmotte, professeure d’éducation physique, a appris la chorégraphie à ses élèves ; les filles l’ont enseignée aux garçons … « Le projet a aussi délié les langues, ajoute Mme Dannau. Une élève, ancienne victime, a témoigné dans un texte ; le Centre de méthodologie et de pédagogie appliquée de la Ville de Bruxelles en a fait un montage qui pourra servir d’outil d’animation et de débat en classe ».

L’enseignante projette aussi d’organiser un parrainage d’élèves du 1er degré par des jeunes de 5e et d’aménager dans l’école une cellule-parloir où élèves, enseignants et parents pourraient se rencontrer dans un cadre convivial. Une boite aux lettres collecterait les demandes d’aide en cas de harcèlement et une enseignante a proposé des formations à l’écoute active. Bref, c’est toute une dynamique qui se met en place.

(1) « Harceler, c’est bête, harceler, c’est petit. Prends la défense de celui qui en a besoin. Ne sois pas spectateur, ne laisse pas faire ».