banner du site

Menu Enseignement.be

logo infos coronavirus
logo infos coronavirus
logo du site Mon Espace
logo du pacte d'excellence
logo du PECA
logo FAQ+
logo des annuaires scolaires
logo espace enseignant
logo des communiques de presse
logo du magazine PROF
 

ATTENTION: cette page est désactivée et n'est pas visible par les internautes.
Toutefois, vous pouvez la voir car vous êtes connecté à l'intranet de la Fédération Wallonie Bruxelles.

ATTENTION: cette page est visible uniquement depuis l'intranet de la Fédération Wallonie Bruxelles.

ATTENTION: cette page n'est normalement plus visible du tout.

ATTENTION: cette page n'est plus visible du tout depuis le 31-12-9999 à 00:00.

ATTENTION: cette page ne sera visible qu'à partir du 17-12-2014 à 00:00.

Magazine PROF n°17

 


Dossier T’ar ta gueule à la récré

Je surfe responsable

Article publié le 01 / 04 / 2013.

Dans le Brabant wallon et à Bruxelles, dix-sept écoles secondaires du réseau libre ont construit le projet Je surfe responsable. Rencontre avec une de ses chevilles ouvrières, Nicole Lewahert, directrice de l’Institut Maris Stella, à Laeken.

PROF : L’origine de ce projet ?
Nicole Lewahert :
En 2007, directrice adjointe de l’Institut de l’Enfant-Jésus, à Nivelles, j’ai dû gérer un problème d’utilisation abusive d’un espace blog par des élèves. En collaboration avec Infor-Jeunes et le Service de Médiation scolaire de Wallonie, je leur ai fait organiser une sensibilisation pour d’autres élèves.

À partir de constats communs des directeurs et sous- directeurs du Centre d’enseignement secondaire Brabant wallon ouest (10 écoles), nous avons conçu le projet Je surfe responsable. Ses objectifs : gérer ensemble les difficultés, développer des méthodes de sensibilisation et réfléchir à des sanctions constructives, éducatives et cohérentes.

Depuis quatre ans, un groupe de réflexion réunissant directeurs, un médiateur scolaire,…fait évoluer ce projet. Nous avons invité des juristes pour mieux connaitre nos responsabilités et leurs limites dans ce domaine, réuni divers services (Child Focus, Média Animation, le Service Cyberécoles,…) pour comprendre leurs modalités d’intervention dans les écoles.

Quelles ont été les réalisations concrètes ?
Dans toutes les écoles, des sensibilisations ont été proposées aux enseignants, aux éducateurs, aux élèves et aux parents. Le groupe a cherché à intégrer dans les règlements d’ordre intérieur une charte pour le bon usage des technologies de la communication à l’école (1). Nous avons créé une page Facebook sur laquelle nous postons des liens vers des articles sur le sujet.

Je surfe responsable a essaimé vers six autres écoles secondaires (et une école fondamentale). Au départ de la réflexion et du matériel développés par le groupe porteur, chacune a organisé ses propres projets.

Votre réflexion s’élargit-elle aux pages Spoted (2) qui dérapent parfois vers la calomnie et l’injure ?
Bien sûr. Dans mon école, les auteurs, identifiés, organiseront, en collaboration avec Child Focus, une sensibilisation des autres élèves. Plus largement, le groupe de réflexion projette de puiser dans le nombre total de périodes/professeurs des écoles pour engager un coordinateur chargé notamment de créer un site Internet où les équipes pédagogiques pourraient trouver toutes les références législatives, entre autres. Ce coordinateur nous informerait aussi sur les nouveaux concepts avant que nous soyons pris au dépourvu par une de leurs dérives.

(1) http://bit.ly/WoBOTY
(2) Ces pages Facebook liées à une école, mais créées par des élèves, permettent aux jeunes, en théorie, de déclarer leur flamme de manière anonyme et ludique.