banner du site

Menu Enseignement.be

logo des recours FAQ CEB CE1D CESS
logo les FAQ CEB CE1D CESS
logo du site Mon Espace
logo du pacte d'excellence
logo FAQ+
logo des annuaires scolaires
logo decolage
logo espace enseignant
logo des communiques de presse
logo du magazine PROF
 

ATTENTION: cette page est désactivée et n'est pas visible par les internautes.
Toutefois, vous pouvez la voir car vous êtes connecté à l'intranet de la Fédération Wallonie Bruxelles.

ATTENTION: cette page est visible uniquement depuis l'intranet de la Fédération Wallonie Bruxelles.

ATTENTION: cette page n'est normalement plus visible du tout.

ATTENTION: cette page n'est plus visible du tout depuis le 31-12-9999 à 00:00.

ATTENTION: cette page ne sera visible qu'à partir du 17-12-2014 à 00:00.

Magazine PROF n°41

 

Dossier Mieux lire ? Les pistes ne manquent pas

Quelle est place
de l’apprentissage de la lecture
dans une haute école ?

Article publié le 03 / 04 / 2019.

Pour les formateurs de formateurs, l’apprentissage de la lecture occupe une place importante.

Dans l’enquête PIRLS, les enseignants se disent peu formés en apprentissage de la lecture. PROF a voulu vérifier cela auprès des formateurs de la Haute Ecole Louvain en Hainaut à Leuze. Deux interlocuteurs étaient prévus. Dix personnes se sont présentées : des pédagogues et des didacticiens du français des sections préscolaire, primaire, secondaire. D’une seule voix, ils disent inclure les recommandations des chercheurs sur cette thématique. Et ils en donnent quelques exemples.

Les cercles de lecture sont aussi présents dans plusieurs hautes écoles.
Les cercles de lecture sont aussi présents dans plusieurs hautes écoles.
© PROF/FWB/Olivier Papegnies

En écho aux chercheurs

En section maternelle, ils préparent leurs étudiants à construire les bases nécessaires pour entrer dans la lecture et l’écriture et à vérifier si les structures affectives et cognitives des enfants sont bien établies. Une attention particulière pour oraliser les stratégies et les rendre explicites.

L’équipe pédagogique entière travaille la question interdisciplinaire de la langue d’apprentissage et des vocabulaires disciplinaires de base spécifiques. Elle accorde aussi beaucoup d’importance à faire comprendre aux élèves l’utilité de l’autonomie procurée par la lecture, en faisant attention à éviter la pression, déjà énorme lors de la transition entre la M3 et la P1.

La section primaire travaille la thématique de septembre à novembre, moment du premier stage, où les étudiants de bloc3 y seront confrontés. Elle invite comme témoins des enseignants qui associent très tôt lecture et production, comme le prône André Ouzoulias.

Et les stages en section maternelle et primaire commencent toujours par une enquête sur les représentations des élèves autour de la lecture et de l’écriture.

En section secondaire, l’esprit reste le même avec un retour particulier sur les stratégies de compréhension y compris celles des textes informatifs…

Des résistances ?

Comment expliquer alors les résultats de PIRLS ? Selon eux, peu d’enseignants lisent les recherches. Peu de maitres de stage acceptent que les étudiants innovent. Ces derniers doivent, eux, sortir du moule de leur propre scolarité. De plus, les formateurs du supérieur manquent de crédibilité de terrain, ils sont souvent considérés comme des pédagogues en chambre. À cela s’ajoute la pression des parents qui ont leur propre représentation.

Pour eux, trois facteurs changeront peut-être la donne. La future formation initiale donnera des axes de formation communs à tous : cela amènera les instituteurs à comprendre davantage les réalités des sections préscolaire et primaire et à faire mieux vivre la transition par les élèves. De plus, hautes écoles et universités devront mélanger leurs approches. Enfin, les enseignants désirant devenir maitres de stage auront une formation spécifique.