Enseignement.be - Magazine PROF n°41

banner du site

Menu Enseignement.be

logo des recours FAQ CEB CE1D CESS
logo du site Mon Espace
logo du pacte d'excellence
logo FAQ+
logo des annuaires scolaires
logo espace enseignant
logo des communiques de presse
logo du magazine PROF
 

ATTENTION: cette page est désactivée et n'est pas visible par les internautes.
Toutefois, vous pouvez la voir car vous êtes connecté à l'intranet de la Fédération Wallonie Bruxelles.

ATTENTION: cette page est visible uniquement depuis l'intranet de la Fédération Wallonie Bruxelles.

ATTENTION: cette page n'est normalement plus visible du tout.

ATTENTION: cette page n'est plus visible du tout depuis le 31-12-9999 à 00:00.

ATTENTION: cette page ne sera visible qu'à partir du 17-12-2014 à 00:00.

Magazine PROF n°41

 


Article P.A.R.L.E.R pour prévenir
les difficultés en lecture

Un moins bon lecteur
peut révéler ses forces

Article publié le 03 / 04 / 2019.

Dans sa classe de 4primaire à l’École communale d’Orp-le-Grand, Stéphanie Mottoulle s’inspire du programme P.A.R.L.E.R. pour améliorer la compréhension de ses élèves en lecture.

« J’ai découvert cet outil lors de ma formation continuée en lecture et écriture à l’Institut supérieur de Pédagogie de Namur. J’y ai vu la possibilité de remédier aux difficultés de compréhension des enfants en lecture », explique Mme Mottoulle.

Avec Séverine Duhayon, qui enseigne en 4primaire à l’École Saint-Paul Regina, à Uccle, elle a adapté le programme et construit des outils pour cette classe. Les deux enseignantes ont élaboré quatre modules répartis sur deux ans : le rapport entre texte et image, le vocabulaire, la compréhension du récit et le développement logique. Chaque module se décline en courtes séances réparties sur huit semaines.

L’évaluation diagnostique préalable de chaque élève apporte déjà quelques surprises : « Comparant texte et image, certains bons lecteurs interprètent alors que d’autres qui déchiffrent mal parviennent à exprimer des choses pointues ».

Argumenter, justifier, vérifier

En petits groupes homogènes, les élèves comparent texte et illustration, se posent des questions, dégagent des anomalies, produisent un texte court conforme à l’image…

Ils argumentent, justifient leurs hypothèses et leurs choix en s’appuyant sur des éléments explicites et cohérents. « Au fil des exercices, de plus en plus complexes, les argumentations se font plus précises, plus spontanées, explique Mme Mottoulle. Je peux observer les forces et les besoins des enfants : une difficulté d’argumentation peut parfois cacher un problème de vocabulaire ».

S’ajoutent quelques séances de lectures partagées où, à partir d’albums choisis, en dialogue avec l’ensemble de la classe, l’enseignante explicite les stratégies de lecture qu’elle utilise.

Place ensuite à quelques séances de lecture guidée où, répartis en groupes, les enfants lisent, prennent des notes, avant d’expliquer comment ils ont compris. Mme Mottoulle : « Cela les aide à consolider les stratégies enseignées, à développer des habiletés pour devenir un lecteur autonome ».

Casser la hiérarchie

Enfin, lors d’exercices de lecture autonome en classe, chaque enfant lit un livre  seul et complète un petit livret reprenant les stratégies travaillées durant tout le module.

L’enseignante le constate : cet apprentissage structuré, intensif, répétitif et progressif a des avantages. « Il aide à cibler les réussites, les besoins, les difficultés, les obstacles et permet la remédiation immédiate. En outre, il casse la hiérarchie en révélant des forces chez des moins bons lecteurs, ce qui les valorise ».