Enseignement.be - Magazine PROF n°41

banner du site

Menu Enseignement.be

logo des recours FAQ CEB CE1D CESS
logo du site Mon Espace
logo du pacte d'excellence
logo FAQ+
logo des annuaires scolaires
logo espace enseignant
logo des communiques de presse
logo du magazine PROF
 

ATTENTION: cette page est désactivée et n'est pas visible par les internautes.
Toutefois, vous pouvez la voir car vous êtes connecté à l'intranet de la Fédération Wallonie Bruxelles.

ATTENTION: cette page est visible uniquement depuis l'intranet de la Fédération Wallonie Bruxelles.

ATTENTION: cette page n'est normalement plus visible du tout.

ATTENTION: cette page n'est plus visible du tout depuis le 31-12-9999 à 00:00.

ATTENTION: cette page ne sera visible qu'à partir du 17-12-2014 à 00:00.

Magazine PROF n°41

 


Dossier Mieux lire ? Les pistes ne manquent pas

Améliorer le niveau de lecture
en passant par un plan de pilotage

Article publié le 03 / 04 / 2019.

De nombreuses écoles insistent dans leur plan de pilotage sur l’amélioration des compétences en lecture. PROF est allé vers l’une d’entre elles.

Depuis plusieurs années, l’équipe pédagogique de l’École fondamentale de la Communauté française, à Saint-Servais, débat de l’apprentissage de la lecture. La rédaction de son plan de pilotage a été le déclic.

Chaque jour, les élèves lisent un quart d’heure librement.
Chaque jour, les élèves lisent un quart d’heure librement.
© PROF/FWB

Un besoin

Parmi ses élèves, l’école compte une proportion importante d’allophones, et d’enfants vivant dans des familles à revenus faibles ou modérés. « Un facteur qui ne facilite pas le bain de lecture en famille, explique la directrice, Vinciane Rosart. De plus, les enseignants pointent la difficulté de compréhension des consignes, dans toutes les disciplines, tant à l’oral qu’à l’écrit ».

Face à ce besoin, l’équipe s’est tournée vers ses ressources internes et notamment vers Stéphanie Ménestret, titulaire de la P2. Elle suit depuis quelques années les formations données par l’inspectrice Jannique Koeks en lecture-écriture à l’Institut supérieur de pédagogie, à Namur, et les applique dans sa classe.

Des stratégies

Elle est prête à informer ses collègues sur quelques pistes d’action. La base, c’est le fait d’amener des livres en classe et de permettre aux élèves de les ramener à la maison pour en discuter avec leurs parents. Ensuite, en classe, elle organise un quart d’heure chaque jour de lecture pour soi, libre, autonome, pour se faire plaisir. Cela lui permet de dialoguer avec chaque élève sur son choix, sur le degré de difficulté du livre, sur les inférences, sur ses stratégies…

Elle utilise aussi des fiches de lecture Donner son avis, Etudier des mots, Les particularités du texte (personnage, lieu, intrigue, titre, couverture…), Je fais des prédictions à partir d’indices, Je lis entre les lignes pour inférer, Je comprends le texte. Elle travaille avec des textes résistants, explicite ses stratégies et met du lien entre la lecture et l’écriture. « Des pratiques recommandées pour leur efficacité par des chercheurs depuis longtemps, explique Mme Ménestret : Bianco, Giasson, Tauveron, Alvarez, Schillings… »

« Cette information et les échanges qui se réaliseront entre enseignants contribueront à développer des pratiques communes et continues de la M1 à la P6, commente Mme Rosart. Et nous ferons un travail identique sur le Programme P.A.R.L.E.R. ».

Ce travail pourra se faire avec des partenaires : les conseillères pédagogiques du réseau, les bibliothèques de Namur et de Saint-Servais, les auteurs invités en classe. « De plus, nous pouvons compter sur le Festival des jeunes lecteurs, ajoute Mme Ménestret. Il se tient à Namur cette année les 25, 26 et 29 avril (1). Ma P2 y présentera le livre qu’elle a écrit à la façon d’Anne Brouillard. Et j’assisterai à la Journée des professionnels du 27 avril à l’Institut supérieur de pédagogie ».

(1) https://www.namur.be/fr/agenda/2eme-festival-des-jeunes-lecteurs