Enseignement.be - Magazine PROF n°39

banner du site

Menu Enseignement.be

logo infos coronavirus
logo du site Mon Espace
logo du pacte d'excellence
logo FAQ+
logo des annuaires scolaires
logo espace enseignant
logo des communiques de presse
logo du magazine PROF
 

ATTENTION: cette page est désactivée et n'est pas visible par les internautes.
Toutefois, vous pouvez la voir car vous êtes connecté à l'intranet de la Fédération Wallonie Bruxelles.

ATTENTION: cette page est visible uniquement depuis l'intranet de la Fédération Wallonie Bruxelles.

ATTENTION: cette page n'est normalement plus visible du tout.

ATTENTION: cette page n'est plus visible du tout depuis le 31-12-9999 à 00:00.

ATTENTION: cette page ne sera visible qu'à partir du 17-12-2014 à 00:00.

Magazine PROF n°39

 


Dossier Rentrée 2018

Former des lecteurs, pas des liseurs

Article publié le 31 / 08 / 2018.

Pour apprendre à lire et à écrire, les enfants doivent côtoyer des textes bien écrits, des plumes inspirantes et des lecteurs emballés. C’est la conviction d’Yves Nadon, conférencier invité au Salon Educ (1).

PROF : Quelles pratiques efficaces pour enseigner la lecture ?
Yves Nadon : Pour former des lecteurs et non pas juste des liseurs, il faut dès l’entrée à l’école traiter les enfants comme des lecteurs et leur enseigner explicitement ce que font les lecteurs dans la vraie vie. 

Ça inclut, naturellement, toute la technique mais plus que ça. Cela exige, avant tout, le libre choix des lectures et un enseignant lecteur qui a envie de partager son propre bonheur de lire.

Quelles conditions cela suppose-t-il dans les classes ? 
D’abord que, dans une classe riche en livres, l’enseignant nourrisse les élèves en leur lisant à haute voix des ouvrages riches, variés et intéressants. Ensuite, qu’il leur propose des lectures communes, ce qui permet à tous les enfants de participer à la lecture. Mais aussi qu’il leur demande de lire seuls ou avec des partenaires des textes de leur choix. Cela permet l’entraide entre pairs, de bâtir la confiance en soi comme lecteur, d’aider à la fluidité. Et que, plutôt que d’uniformiser la lecture dans sa classe, l’enseignant propose aux élèves des livres adaptés à leur niveau et de genres différents pour qu’ils puissent aborder des textes de plus en plus complexes et appliquer des stratégies efficaces de lecture. 

Et l’écriture, c’est complémentaire ?
Mais oui. Oblige-t-on les bébés à faire de la musculation des jambes avant d’apprendre à marcher ? Pourquoi alors contraindre les élèves à connaitre toutes les lettres et les variantes orthographiques avant d’apprendre à écrire ?

Dans les classes que j’accompagne, nous demandons aux élèves d’écrire une heure par jour avec les connaissances qu’ils ont à disposition. Nous les outillons avec des manières d’améliorer, de réviser leurs textes ; nous leur proposons des modèles d’écrivains célèbres à admirer pour provoquer le désir d’écrire comme eux. Et j’observe chez les élèves des choses spectaculaires : des procédés littéraires conscients, la maitrise de l’acte d’écrire et plus important encore, du plaisir à écrire. Et chez l’enseignant, un sentiment de compétence assez fort.

Propos recueillis par
Catherine MOREAU

(1) Instituteur et ancien chargé de cours à l'Université de Sherbrooke, au Québec, Yves Nadon proposera deux conférences sur la lecture et l’écriture au Salon Educ : « Pratiques efficaces pour enseigner la lecture » et « Des ateliers d'écriture : pour que les élèves écrivent un peu, beaucoup, passionnément et réellement ». http://www.salon-education.be

Le salon Educ à Brussels Expo

Nouvelles dates, nouveau lieu : le Salon Educ aura lieu du 3 au 7 octobre à Brussels Expo, de même que le Salon du Livre jeunesse, qui proposera aux classes des rencontres d’auteurs, des animations autour du livre… Le salon EducDir, destiné aux directions d’établissements scolaires, se tiendra quand à lui du 3 au 5 octobre.

Maitriser la lecture, le thème phare du Salon Educ, se déclinera par de nombreuses conférences. D’autres concerneront les troubles de l’apprentissage, l’estime et la confiance en soi, l’apprentissage par le jeu, les rapports entre pédagogie et numérique.

Des journées spéciales concentreront des activités et animations destinées aux professionnels de la petite enfance (mercredi), à l’éducation aux médias (mercredi), aux futurs professionnels de l’éducation (mercredi et vendredi), aux directions d’écoles (jeudi), à l’extrascolaire (samedi) et aux logopèdes (dimanche).

Des services de la Fédération Wallonie-Bruxelles seront présents, notamment Carte PROF.
http://salon-education.be