banner du site

Menu Enseignement.be

logo infos coronavirus
logo infos coronavirus
logo du site Mon Espace
logo du pacte d'excellence
logo du PECA
logo FAQ+
logo des annuaires scolaires
logo espace enseignant
logo des communiques de presse
logo du magazine PROF
 

ATTENTION: cette page est désactivée et n'est pas visible par les internautes.
Toutefois, vous pouvez la voir car vous êtes connecté à l'intranet de la Fédération Wallonie Bruxelles.

ATTENTION: cette page est visible uniquement depuis l'intranet de la Fédération Wallonie Bruxelles.

ATTENTION: cette page n'est normalement plus visible du tout.

ATTENTION: cette page n'est plus visible du tout depuis le 31-12-9999 à 00:00.

ATTENTION: cette page ne sera visible qu'à partir du 17-12-2014 à 00:00.

Magazine PROF n°11

 


Article Partager les infos sans trahir le secret

Un code de déontologie comme référence commune ?

Article publié le 01 / 09 / 2011.

Le mercredi 14 septembre 2011 (1), ChanGements pour l’Égalité (CGé) organise une conférence-débat d’Eirick Prairat, professeur de sciences de l’éducation à l’université Nancy 2, à propos de la déontologie. Depuis des mois en effet, un groupe de travail planche au sein de CGé sur un code de déontologie des enseignants. Le projet étant arrivé à maturité, CGé souhaite le placer au cœur d’une large réflexion.

Sollicité après l’agression d’un directeur, Pierre Smets fait partie d’un groupe de formateurs composé de juristes et d’enseignants, qui croisent leurs regards sur des questions qui font l’objet de notre dossier. En parallèle, dans la foulée de l’étude « Bon » et « mauvais » élèves : quels stéréotypes aujourd’hui (2), l’élaboration d’un code de déontologie a semblé être une réponse possible à ces clichés.

Anne Chevalier, secrétaire générale de CGé : « Cette étude nous a conduit à mettre sur pied un atelier sur la prise d’informations des enseignants sur les élèves. De quoi ai-je besoin comme info dans le cadre de mon travail ? Où vais-je la chercher ? » Car l’étude avait pointé la prise d’infos comme un des facteurs engendrant des stéréotypes sur les élèves.

De fil en aiguille, la réflexion s’est poursuivie au sein d’un groupe de travail axé sur la déontologie. À propos des élèves « en danger », Anne Chevalier et Pierre Smets constatent que l’enseignant, mais aussi le directeur, sont souvent seuls face à des révélations parfois lourdes à porter. Faute de balises à l’échange d’informations ou de lieux permettant d’alléger ce poids, la parole se libère à la salle des profs, entre deux portes voire même dans la cour de récréation, devant des élèves ou des parents. Au risque de renforcer les stéréotypes et d’écorner la confidentialité à laquelle les personnels de l’enseignement sont tenus…

D. C.

(1) De 20 à 22 h, au Sleep Well Youth Hostel, rue du Damier, 23, à Bruxelles. http://www.changement-egalite.be/spip.php?article2007
(2) http://www.changement-egalite.be/spip.php?article1966