Enseignement.be - Magazine PROF n°6

banner du site

Menu Enseignement.be

logo infos coronavirus
logo du site Mon Espace
logo du pacte d'excellence
logo FAQ+
logo des annuaires scolaires
logo espace enseignant
logo des communiques de presse
logo du magazine PROF
 

ATTENTION: cette page est désactivée et n'est pas visible par les internautes.
Toutefois, vous pouvez la voir car vous êtes connecté à l'intranet de la Fédération Wallonie Bruxelles.

ATTENTION: cette page est visible uniquement depuis l'intranet de la Fédération Wallonie Bruxelles.

ATTENTION: cette page n'est normalement plus visible du tout.

ATTENTION: cette page n'est plus visible du tout depuis le 31-12-9999 à 00:00.

ATTENTION: cette page ne sera visible qu'à partir du 17-12-2014 à 00:00.

Magazine PROF n°6

 


Dossier Remédiation : prévenir ou guérir ?

Des files devant les écoles de devoirs

Article publié le 01 / 06 / 2010.

Acteurs de poids du soutien scolaire, les 257 écoles de devoirs, organisées par des pouvoirs publics ou par des associations, accueillent 20 000 enfants.

Les écoles de devoirs sont d’abord des lieux de vie.
Les écoles de devoirs sont d’abord des lieux de vie.
© PROF/FWB/Jean-Michel Clajot

Un décret de 2004 (1) les oblige à organiser des activités de soutien scolaire, si elles veulent être reconnues et subsidiées (pour les 6-15 ans) par l’Office de la naissance et de l’enfance (ONE). Pour Stéphanie Demoulin, coordinatrice de la fédération francophone des écoles de devoirs, « cela répond à une demande croissante des parents, mais nous nous sentons quelque peu instrumentalisés. Car l’objectif des écoles de devoirs est bien plus large : elles veulent être des lieux de vie proposant des activités culturelles, sportives, ludiques,… »

Aujourd’hui, ces écoles de devoirs ne peuvent plus suivre et répondre à toutes les demandes. « Elles voient grandir les listes d’attente d’élèves de l’enseignement fondamental (plus de 65 %) et secondaire, de milieux défavorisés. La faute à une pénurie de personnel, majoritairement bénévole, et au manque de moyens financiers (entre 1 500 et 3 000 € par an actuellement). À Bruxelles, qui rassemble à elle seule un gros tiers des 257 écoles de devoirs, il s’en crée une nouvelle chaque mois grâce à des subsides du plan de cohésion sociale… »

Le profil des animateurs ? Très varié. Ceux qui ne possèdent pas un diplôme à orientation pédagogique peuvent suivre des formations qualifiantes portant notamment sur la pédagogie et la méthodologie en école de devoirs, la psychologie de l’enfant et de l’adolescent, la gestion des conflits, la relation avec les familles,… À la clé : un brevet en cours d’homologation par la Communauté française. Les coordinations régionales proposent un programme de formation continue (gestion de projets, jeux coopératifs,…) et la fédération francophone planche sur une boite à outils proposant un support théorique et des fiches techniques pour aider les animateurs à apprendre à apprendre.

(1) http://bit.ly/bh87o4