Enseignement.be - Magazine PROF n°6

banner du site

Menu Enseignement.be

logo infos coronavirus
logo du site Mon Espace
logo du pacte d'excellence
logo FAQ+
logo des annuaires scolaires
logo espace enseignant
logo des communiques de presse
logo du magazine PROF
 

ATTENTION: cette page est désactivée et n'est pas visible par les internautes.
Toutefois, vous pouvez la voir car vous êtes connecté à l'intranet de la Fédération Wallonie Bruxelles.

ATTENTION: cette page est visible uniquement depuis l'intranet de la Fédération Wallonie Bruxelles.

ATTENTION: cette page n'est normalement plus visible du tout.

ATTENTION: cette page n'est plus visible du tout depuis le 31-12-9999 à 00:00.

ATTENTION: cette page ne sera visible qu'à partir du 17-12-2014 à 00:00.

Magazine PROF n°6

 


Dossier Remédiation : prévenir ou guérir ?

Un défi qui en appelle d’autres

Article publié le 01 / 06 / 2010.

À l’École communale Le Pré Vert, à Lillois, un projet d’équipe a permis de remettre une élève en selle. Avant d’autres sans doute.

Juin 2009 : le verdict s’annonce clair dans cette école de Lillois. Une élève de troisième primaire, en retard de deux ans, n’a pas acquis les compétences nécessaires pour passer en quatrième.

Que faire ? Lui faire redoubler l’année, ou l’orienter vers l’enseignement spécialisé, au risque de couper les liens avec un groupe où la fillette est bien intégrée et aidée par ses pairs ?

« Au terme d’une réflexion menée avec Éric De Coster, directeur d’une école d’enseignement spécialisé de type 3 (troubles caractériels), avec les enseignants de la troisième à la sixième et, avec Fabienne Defuster, maitresse d’adaptation, nous avons décidé de relever un défi », explique le directeur, Michel Stevens.

Ce défi a pris la forme d’un contrat : l’enfant progresserait à son rythme, l’institutrice de quatrième étant dégagée de la responsabilité de la placer au même niveau que les autres élèves. Elle serait encadrée par la maitresse d’adaptation et les parents y ajouteraient une aide extérieure en méthode de travail, assurée par une enseignante en contact avec l’école.

Le résultat ? L’élève s’est hissée au même niveau que les autres élèves, et a regagné confiance en elle. « C’est le fruit d’une bonne collaboration entre tous les acteurs, d’une remise en question de l’idée que tous les enfants doivent atteindre un certain niveau pour passer dans l’année supérieure, et d’une fameuse disponibilité de toute l’équipe », se réjouit le directeur, bien décidé à s’appuyer sur l’expérience vécue cette année pour l’appliquer à d’autres élèves.

C. M.