Enseignement.be - Magazine PROF n°6

banner du site

Menu Enseignement.be

logo infos coronavirus
logo du site Mon Espace
logo du pacte d'excellence
logo FAQ+
logo des annuaires scolaires
logo espace enseignant
logo des communiques de presse
logo du magazine PROF
 

ATTENTION: cette page est désactivée et n'est pas visible par les internautes.
Toutefois, vous pouvez la voir car vous êtes connecté à l'intranet de la Fédération Wallonie Bruxelles.

ATTENTION: cette page est visible uniquement depuis l'intranet de la Fédération Wallonie Bruxelles.

ATTENTION: cette page n'est normalement plus visible du tout.

ATTENTION: cette page n'est plus visible du tout depuis le 31-12-9999 à 00:00.

ATTENTION: cette page ne sera visible qu'à partir du 17-12-2014 à 00:00.

Magazine PROF n°6

 


Dossier Remédiation : prévenir ou guérir ?

« Les élèves se sentent progresser »

Article publié le 01 / 06 / 2010.

« Madame, ça veut dire quoi, le préfixe allo ? » Soledad Ferreira, professeure de français à l’Athénée Gatti de Gammond, à Bruxelles, slalome d’un exercice à l’autre. « Beaucoup d’élèves de quatrième de l’enseignement général rencontrent des difficultés en expression écrite. Il y a trois ans, la direction a donné le feu vert à une heure de remédiation obligatoire incluse dans l’horaire des élèves ».

Au début de l’année, un test diagnostique définit les élèves qui participeront à cette remise à niveau. Sur base de cette épreuve, chaque élève choisit son champ d’action pour quelques semaines : orthographe d’usage, syntaxe, vocabulaire,… Il travaille de manière autonome, à son rythme, dans le local d’informatique, suivi de près par l’enseignante, en utilisant les exercices en ligne du Centre collégial de développement de matériel didactique (CCDMD), géré par le Collège de Maison-neuve (Québec). Un test évaluatif détermine la suite de son parcours individuel.

Les résultats ? « Cela permet de mettre tout le monde au même niveau », explique Soufiane, élève de quatrième. « Beaucoup d’élèves confient qu’ils se sentent progresser, indique Mme Ferreira. Je leur conseille de poursuivre ces exercices au centre d’information et de documentation, équipé d’ordinateurs, ou à domicile ».

Ces exercices de français ne sont qu’une partie d’un vaste projet, le cartable en ligne (1), créé voici dix ans par André Lecocq, professeur de géographie à l’athénée, et alimenté par des enseignants de différentes branches. Il propose un vaste choix d’exercices et d’informations accessibles via le site internet de l’école.

Ces outils sont-ils utilisés ? « Tout dépend évidemment de la motivation des élèves, explique Marie-Françoise Delplanque, professeure de comptabilité. L’an dernier, des élèves réclamaient des exercices supplémentaires que je corrigeais ensuite».

C. M.

(1) http://bit.ly/btV8mo