Enseignement.be - Magazine PROF n°38

banner du site

Menu Enseignement.be

logo des recours FAQ CEB CE1D CESS
logo du site Mon Espace
logo du pacte d'excellence
logo FAQ+
logo des annuaires scolaires
logo espace enseignant
logo des communiques de presse
logo du magazine PROF
 

ATTENTION: cette page est désactivée et n'est pas visible par les internautes.
Toutefois, vous pouvez la voir car vous êtes connecté à l'intranet de la Fédération Wallonie Bruxelles.

ATTENTION: cette page est visible uniquement depuis l'intranet de la Fédération Wallonie Bruxelles.

ATTENTION: cette page n'est normalement plus visible du tout.

ATTENTION: cette page n'est plus visible du tout depuis le 31-12-9999 à 00:00.

ATTENTION: cette page ne sera visible qu'à partir du 17-12-2014 à 00:00.

Magazine PROF n°38

 


Dossier Déclaration universelle des Droits de l'Homme : 70 ans

Des contes philosophiques
à la manière de Voltaire

Article publié le 06 / 06 / 2018.

Professeur de français à l’Athénée communal des Pagodes, François Wouters a demandé à ses élèves d’écrire un chapitre d’un conte philosophique en se référant à un article de la Déclaration universelle des Droits de l’Homme.

Gaël, en 6e secondaire option sciences à l'Athénée communal des Pagodes (Ville de Bruxelles), s'est référé à l'article 16 (droit au travail) pour décrire l'étonnement d'un Islandais découvrant chez nous un monde du travail marqué par des inégalités salariales et des difficultés d’accès liées à l’origine.

Voltaire a guidé la « plume » des élèves de 6e de l’Athénée des Pagodes (ici, avec leur enseignant, François Wouters).
Voltaire a guidé la « plume » des élèves de 6e de l’Athénée des Pagodes (ici, avec leur enseignant, François Wouters).
© PROF/FWB

Élisa, elle, a décrit le désarroi d'une personne rejetée par les siens en raison de particularités vestimentaires. Anastasia a détaillé la réaction solidaire d'un homme venu d’un pays en guerre chercher un havre de paix, et témoin de brutalités policières dans un parc.

Tous ces élèves avaient relevé le défi lancé par François Wouters, leur professeur de français : écrire un chapitre d’un conte philosophique. Ce genre littéraire né au 18siècle et exploité par les philosophes des Lumières, utilise la fiction et l'ironie pour amener le lecteur à une réflexion critique sur la société et le pouvoir en place.

À l’épreuve de l’écriture

« J'ai commencé par demander à mes élèves de répondre à un questionnaire sur la base de l'exposition virtuelle de la Bibliothèque nationale de France consacrée aux Lumières  (1), explique l'enseignant. Ils ont lu ensuite l'ouvrage du philosophe François De Smet sur les droits de l'homme (2) et L'Ingénu, de Voltaire. Après l'analyse de ce conte philosophique, j'ai détaillé la structure narrative et les procédés littéraires utilisés. Avant de mettre les élèves à l'épreuve de l'écriture ».

Aisé, l'exercice ? Facile de manier l'ironie chère à Voltaire, de confier au regard naïf d'un personnage le soin d'interroger préjugés, injustices et situations parfois absurdes ? « Le conte laisse plus de champ à l’imagination et à la fantaisie. On peut donner un contexte intéressant pour exprimer clairement une opinion, de manière implicite, et éviter d'entrer tout de suite dans la polémique », réagit Mohamed. Pour Mustafa, exprimer un message de façon implicite réclame de travailler longuement la forme pour que le lecteur dépasse le premier degré.

Transmettre une leçon

M. Wouters le confirme : l'essentiel, dans le conte philosophique, ce n'est pas de donner une épaisseur psychologique au personnage cantonné dans un rôle d'observateur et un caractère réaliste au récit. Il s'agit de transmettre une « leçon », un message au lecteur (en rapport avec les droits de l’homme à faire progresser encore). Cela autorise des procédés littéraires particuliers comme le grossissement de certains faits et l'invraisemblance liée, elle, au genre du conte.

(1) http://expositions.bnf.fr/lumieres/index.htm
(2) DE SMET F., BOÖUAERT T., Les droits de l'homme, une idéologie moderne, Bruxelles, Le Lombard, La petite bédéthèque des savoirs, 2017.