banner du site

Menu Enseignement.be

logo les FAQ CEB CE1D CESS
logo du site Mon Espace
logo du pacte d'excellence
logo FAQ+
logo des annuaires scolaires
logo decolage
logo espace enseignant
logo des communiques de presse
logo du magazine PROF
 

ATTENTION: cette page est désactivée et n'est pas visible par les internautes.
Toutefois, vous pouvez la voir car vous êtes connecté à l'intranet de la Fédération Wallonie Bruxelles.

ATTENTION: cette page est visible uniquement depuis l'intranet de la Fédération Wallonie Bruxelles.

ATTENTION: cette page n'est normalement plus visible du tout.

ATTENTION: cette page n'est plus visible du tout depuis le 31-12-9999 à 00:00.

ATTENTION: cette page ne sera visible qu'à partir du 17-12-2014 à 00:00.

Magazine PROF n°38

 

Dossier Déclaration universelle des Droits de l'Homme : 70 ans

Des écoles ont partagé « la plus belle déclaration d’amour de l’humanité »

Article publié le 06 / 06 / 2018.

Le 70e anniversaire de la Déclaration universelle des Droits de l’Homme a suscité 223 projets dans des écoles. Notre dossier en offre un bouquet.

Comment résister à cet appel lancé en mai 2017 par l’Association belge pour les Nations-Unies (APNU) : « Partageons et faisons vivre la plus belle déclaration d’amour de l’humanité ! » (1) ?

Dans le cadre de sa campagne «  La Déclaration universelle des Droits de l’Homme, tout un programme ! », cette ASBL, qui veut sensibiliser l’opinion publique belge aux valeurs et aux objectifs des Nations Unies, a lancé un appel à projets aux jeunes de 10 à 30 ans dans les écoles primaires, secondaires et supérieures, et à l’attention des organisations de jeunesse (2).

© APNU

S’approprier l’un des articles

L’objectif était de profiter du 70 anniversaire de la Déclaration pour faire connaitre les droits de l’homme en mobilisant les jeunes. Concrètement, ils étaient invités à choisir un des trente articles et à se l’approprier en présentant, à leur manière, la façon d’améliorer sa mise en œuvre. Et donc à dépasser le stade de l’émotionnel, du sentiment d’injustice né de la découverte de situations bafouant les droits de l’homme, pour passer à l’action et prendre confiance en leur capacité d’agir pour changer les choses.

Pour réaliser ces projets, écoles et organisations de jeunesse pouvaient bénéficier de matériel mais aussi de l’aide d’artistes et de personnes-ressources des associations (Amnesty International, le programme fédéral Annoncer la couleur…)

L’appel a trouvé écho auprès de 253 groupes de jeunes. Parmi les projets réalisés ou en cours, on en dénombre 61 dans l’enseignement primaire, 83 dans le secondaire et 79 dans le supérieur à Bruxelles, en Wallonie, mais aussi à Rabat et à Kinshasa. Le panel des moyens d’expression est très varié : vidéos, écriture de textes, fresques, affiches, chansons, spectacles, slam, jeux…

Ce dossier donne un éventail de projets réalisés dans des classes ou dans des écoles. Certains ont été menés en lien avec l’option des élèves. Ceux de l’option histoire, par exemple, qui, avec leurs enseignantes, ont relié un article de la Déclaration au centenaire du Premier conflit mondial (lire « Les droits de l'homme par les sentiers de l'histoire »). D’autres sont ancrés dans le vécu des jeunes, comme celui d’élèves à mobilité réduite qui ont écrit un article supplémentaire réclamant un meilleur accès aux lieux de loisirs (lire « Un trente-et-unième article »). Certains ont abouti à des créations qui laissent des traces dans l’école (lire « Quand les murs racontent les droits de l'homme »).

Un idéal, pas la réalité

Des traces, il en restera aussi chez les enseignants et les élèves engagés dans ces projets. « Le projet a suscité beaucoup de dynamisme chez les élèves qui se sont vraiment emparés d’une situation discriminante », explique Anne Bauwens, professeure de sciences sociales à l’Athénée royal de Herstal.

« La Déclaration, nous en avions vaguement entendu parler avant, expliquent ses élèves de 5secondaire. En analysant les articles et en effectuant des recherches sur les discriminations, on se rend compte que c’est un idéal, mais pas la réalité. Il y a des avancées depuis septante ans, les mentalités ont évolué, mais il reste encore beaucoup de choses à faire, notamment dans les domaines du mariage pour tous, du droit à l’IVG et à l’euthanasie ». Sabah, qui a approfondi la discrimination basée sur l’origine ethnique ajoute : « La société voit souvent la diversité comme une adversité ».

Faut-il aller plus loin ? Une enquête (indicative mais non représentative) de l’Observatoire de l’Enfance, de la Jeunesse et de l’Aide à la jeunesse montre que si l’existence de la Déclaration universelle des Droits de l’Homme est connue par 21,4% des élèves dans l’enseignement primaire et 83,8% dans le secondaire, son contenu, par contre, l’est pour 33,3% et 51,6% des élèves.

« Il nous semblerait opportun de ré-envisager sérieusement la place à accorder aux savoirs et savoir-faire relatifs aux droits de l’homme et de l’enfant », recommandent les auteurs du rapport (3). Ceux-ci suggèrent de faire acquérir la simple connaissance des articles via un cours spécifique, en ne négligeant pas leur apprentissage à travers différentes disciplines.

(1) http://www.un.org/fr/universal-declaration-human-rights/index.html
(2) http://70ansdudh.be
(3) SONECOM, GIRSEF-UCL, Éducation à la citoyenneté démocratique et aux droits de l’homme dans l’enseignement en Fédération Wallonie-Bruxelles : diagnostic et état des connaissances, novembre, http://www.oejaj.cfwb.be/index.php?id=12856

La suite de la campagne

30 juin : c’est la date limite de remise des projets réalisés par les écoles.

octobre : le classement des projets sera terminé et les participants seront informés de la sélection du jury.

7 décembre : lors d’une journée d’animation organisée au Palais d’Egmont, à Bruxelles, des prix seront attribués aux meilleurs travaux répartis par catégorie et par classe d’âges. Toutes les écoles recevront un brevet de participation à la diffusion des valeurs liées à la Déclaration universelle des Droits de l’Homme.

10 décembre : des lectures publiques de la Déclaration sont prévues sur la Grand-Place de Bruxelles et, sans doute, dans d’autres villes et communes.