logo infos coronavirus
logo infos coronavirus
logo infos Ukraine
logo du site Mon Espace
logo du pacte d'excellence
logo FAQ+
logo des annuaires scolaires
logo espace enseignant
logo des communiques de presse
logo du magazine PROF
 

ATTENTION: cette page est désactivée et n'est pas visible par les internautes.
Toutefois, vous pouvez la voir car vous êtes connecté à l'intranet de la Fédération Wallonie Bruxelles.

ATTENTION: cette page est visible uniquement depuis l'intranet de la Fédération Wallonie Bruxelles.

ATTENTION: cette page n'est normalement plus visible du tout.

ATTENTION: cette page n'est plus visible du tout depuis le 31-12-9999 à 00:00.

ATTENTION: cette page ne sera visible qu'à partir du 17-12-2014 à 00:00.

Magazine PROF n°8

 

Dossier De bonnes bases avant de choisir

Du temps, de la patience et de l’humour…

Article publié le 01 / 12 / 2010.

Mêmes consignes et exigences communes face aux élèves : c’est la recette partagée par Marie-Hélène Dardenne et Philippe Leemans, cotitulaires de deux classes du premier degré différencié, à l’Institut des Sacrés-Cœurs, à Waterloo.

Prendre les élèves tels qu’ils sont et là où ils se trouvent.
Prendre les élèves tels qu’ils sont et là où ils se trouvent.
© PROF/FWB

La première, régente en français/histoire, assure neuf périodes de français et d’informatique. Régent en histoire/géographie, le second est chargé, outre des sept périodes de mathématiques, de deux périodes de religion et deux d’étude du milieu.

Ensemble, ils couvrent donc plus de la moitié de l’horaire hebdomadaire de deux classes. Celle de 1D compte cette année dix élèves, venus majoritairement de l’enseignement spécialisé ou présentant des retards importants. Celle de 1-2D, elle, réunit des élèves venus de 6e primaire ou de 1D mais ayant échoué de peu au CEB.

« L’élaboration de la grille horaire est le fruit de discussions lors des journées pédagogiques, explique la sous-directrice du premier degré, Marie-Hélène Houdé. Nous avons opté pour un juste milieu en ne proposant pas le nombre maximal de périodes autorisé pour le français (14) et les mathématiques (11) ».

Si possible, conquérir le CEB

L’objectif poursuivi est clair : la progression des élèves – en travaillant surtout la confiance en eux – et, si possible, la conquête du CEB. « Ces élèves réclament temps, patience et humour, expliquent les deux cotitulaires. Nous évaluons leur travail de manière continue en utilisant les outils de la Commission des outils d’évaluation et les épreuves du CEB des années précédentes ».

L’intégration d’élèves de l’enseignement spécialisé a permis l’engagement d’une logopède (pour 7 périodes) et d’un professeur de math (5 périodes), qui assurent un suivi individuel ou par groupe plus restreint, à l’intérieur ou en dehors de la classe. En outre, les deux enseignants travaillent régulièrement certaines compétences avec une demi-classe, confiant au reste du groupe des exercices interactifs sur ordinateur.

L’an dernier, la majorité des élèves ayant conquis le CEB ont gagné une 1S (complémentaire), mais dans un groupe distinct de la 1S qui accueille des élèves venus de 1C (commune). Ces élèves venus du différencié y emportent leur plan individuel d’apprentissage, élaboré sur leur parcours. Par ailleurs, deux élèves de 2D ont réintégré le premier degré commun via une 2S regroupant des élèves ayant « raté » une 2C. Ils y disposent d'un encadrement méthodologique spécifique et de compléments de français sous forme d'ateliers de lecture-écriture et de techniques d'expression (à la place des options complémentaires).

« Notre objectif a été atteint l’an dernier pour une majorité d’élèves, nuancent Marie-Hélène Dardenne et Philippe Leemans. Nous leur donnons des outils, nous ne pouvons réaliser des miracles ».

C. M.