Enseignement.be - Magazine PROF n°5

banner du site

Menu Enseignement.be

logo infos coronavirus
logo du site Mon Espace
logo du pacte d'excellence
logo FAQ+
logo des annuaires scolaires
logo espace enseignant
logo des communiques de presse
logo du magazine PROF
 

ATTENTION: cette page est désactivée et n'est pas visible par les internautes.
Toutefois, vous pouvez la voir car vous êtes connecté à l'intranet de la Fédération Wallonie Bruxelles.

ATTENTION: cette page est visible uniquement depuis l'intranet de la Fédération Wallonie Bruxelles.

ATTENTION: cette page n'est normalement plus visible du tout.

ATTENTION: cette page n'est plus visible du tout depuis le 31-12-9999 à 00:00.

ATTENTION: cette page ne sera visible qu'à partir du 17-12-2014 à 00:00.

Magazine PROF n°5

 


Dossier Le Web en classe : 0/2 ou 2.0 ?

« J’enseigne, libre »

Article publié le 01 / 03 / 2010.

Pour valoriser ses élèves de 3e primaire, Vincent Backeljau alimente un blog.

Ses élèves produisent en ligne. « Ils font comme les adultes, explique Vincent Backeljau. Cela les valorise ». Il enseigne depuis onze ans à Schaerbeek à un public varié, qui n’a pas nécessairement le français comme langue maternelle. Délaissant les six ordinateurs du local informatique, il a glané pour ses 18 élèves neuf vieux portables. Á l’aide du sien, il télécharge leurs productions. Les héberger sur un blog sans publicité, avec un support, simple et vaste n’est pas facile. « D’abord sur enseignons.be, puis wordpress, je loue aujourd’hui un serveur privé : 40 € par an, pour stocker vingt gigas ».

Comment ça marche ? Après une animation pour réaliser des tabourets en papier, chacun écrit une synthèse, complétée ensuite à deux ou à quatre. Puis le groupe l’encode. Et l’instituteur la blogue (1). Autre exemple, les élèves lisent un texte. Cet exercice est enregistré par gsm-caméra et rendu accessible en ligne. La classe revoit et commente les vidéos. « Le blog est devenu une pièce de la classe. Chacun, élève ou parent, y entre quand il veut. Avec un effet désinhibiteur ». D’abord frileuses, les productions augmentent. Ce media permet aussi une communication directe avec les parents : « Ce journal de bord montre notre travail avec toutes ses étapes ». Et le dialogue – difficile auparavant – s’instaure, oralement ou en ligne, avec des parents plus impliqués dans l’apprentissage.

Passionné par cet outil, M. Backeljau est déçu par le faible engouement des enseignants pour les TIC. « Dans mon école, j’aimerais que naisse un projet impliquant tous les acteurs. Mais si je viens avec mes gros sabots, je les braque. Je préfère jouer sur l’exemple ». Pour l’instant, il se contente donc du – bon – retour qu’il trouve sur la toile.

(1) https://intercours.net/