Enseignement.be - Magazine PROF n°5

banner du site

Menu Enseignement.be

logo infos coronavirus
logo du site Mon Espace
logo du pacte d'excellence
logo FAQ+
logo des annuaires scolaires
logo espace enseignant
logo des communiques de presse
logo du magazine PROF
 

ATTENTION: cette page est désactivée et n'est pas visible par les internautes.
Toutefois, vous pouvez la voir car vous êtes connecté à l'intranet de la Fédération Wallonie Bruxelles.

ATTENTION: cette page est visible uniquement depuis l'intranet de la Fédération Wallonie Bruxelles.

ATTENTION: cette page n'est normalement plus visible du tout.

ATTENTION: cette page n'est plus visible du tout depuis le 31-12-9999 à 00:00.

ATTENTION: cette page ne sera visible qu'à partir du 17-12-2014 à 00:00.

Magazine PROF n°5

 


Dossier Le Web en classe : 0/2 ou 2.0 ?

Rêve ton passé

Article publié le 01 / 03 / 2010.

Grâce à des outils numériques, Stéphane Santarone, professeur du supérieur de l’institut Sainte-Marie de Rêves (actuellement détaché au SIEP), rattachait ses cours d’histoire et de sciences humaines au présent.

PROF : Pourquoi utiliser un blog pédagogique ?
Stéphane Santarone : Pour créer « Historia ISM » (http://bit.ly/9f1FsS), j’ai utilisé un outil connu des élèves, un outil d’actualité. Mais qui renvoie au cours et à la compétence « communiquer » du programme d’histoire ou de sciences humaines.

Quelle plus-value apporte cet outil ?
Les élèves modernisent leur cours d’histoire, en utilisant un outil du présent pour aller vers le passé. Ils deviennent ainsi plus actifs et plus autonomes. Quant à moi, je plaçais sur le blog des documents utiles au cours, des tâches que mes élèves réalisaient. Je me faisais plaisir : les TIC m’intéressent et j’aime l’acte de production.
De plus, cela me permettait de varier le type de séquences pédagogiques.

Pouvez-vous préciser votre démarche ?
Un exemple, les élèves réalisaient comme travail de fin d’année une présentation diaporama. Je prenais du temps pour les initier à quelques règles de l’écriture de ce média : agrémenter  chaque page d’une icône, éviter de placer trop de textes par page, utiliser une police et une taille de police lisible… Ensuite, les élèves recherchaient leur matériau de base dans la classe ou dans le centre cybermedia. Puis, ils le mettaient en forme à domicile. Tout cela durai un mois… Par exemple, Anne-lise Genevrois a réalisé un travail sur « L’agriculture des années 1920 aux années 1930 » (http://bit.ly/bmusxB). Elle y évoque l’agriculture de cette période vécue à travers l’histoire de ses grands-parents.

Ces travaux qui comptaient pour une part importante de l’évaluation de l’année étaient présentés devant la classe et puis je les publiais sur le blog. Cela les valorisait vis-à-vis de leur réseau social actuel. Cela servait aussi de support formatif pour leurs successeurs de l’année suivante.

Propos recueillis par
Patrick DELMÉE