Enseignement.be - Magazine PROF n°14

banner du site

Menu Enseignement.be

logo infos coronavirus
logo du site Mon Espace
logo du pacte d'excellence
logo FAQ+
logo des annuaires scolaires
logo espace enseignant
logo des communiques de presse
logo du magazine PROF
 

ATTENTION: cette page est désactivée et n'est pas visible par les internautes.
Toutefois, vous pouvez la voir car vous êtes connecté à l'intranet de la Fédération Wallonie Bruxelles.

ATTENTION: cette page est visible uniquement depuis l'intranet de la Fédération Wallonie Bruxelles.

ATTENTION: cette page n'est normalement plus visible du tout.

ATTENTION: cette page n'est plus visible du tout depuis le 31-12-9999 à 00:00.

ATTENTION: cette page ne sera visible qu'à partir du 17-12-2014 à 00:00.

Magazine PROF n°14

 


Dossier Le plan individuel d’apprentissage

L’info en direct à tous les partenaires

Article publié le 01 / 06 / 2012.

Dans son PIA, le Collège Saint-Guibert, à Gembloux, intègre des réunions tous les deux mois, de tous les partenaires.

Mardi 8 mai 2012, 13 h 30. Antonella, élève en intégration dans une 1re différenciée, et son papa, entrent dans une salle de réunion du Collège Saint-Guibert, à Gembloux. Ils se rendent au « conseil PIA ». Les enseignants les y accueillent de même que Véronique Henry, directrice du 1er degré, des représentants de l’école spécialisée partenaire et des CPMS liés aux deux écoles, une logopède, une éducatrice et une conseillère pédagogique.

Ces conseils, le collège gembloutois les réalise pour tous ses élèves de 1re et de 2e différenciée, mais aussi pour tous ceux de 1re et de 2e complémentaire (1 et 2S). Et il le fera l’an prochain pour les élèves en difficulté du 2e degré.

Jean-Luc Hérion, titulaire de la 1S : « Avec l’aide de Florence Colin, j’ai rédigé un canevas de PIA qui sert à collecter les informations et à réaliser une trace écrite et administrative ». Celle-ci est disponible dans une étagère de l’école pour tous les partenaires, pour l’inspection, mais aussi pour le titulaire de l’année suivante. « Ce travail est très lourd, explique-t-il. Et il est forcément incomplet ».

Outre cela, tous les deux mois, les partenaires déjà cités – « et parfois le SAJ », précise M. Hérion – se réunissent au conseil PIA pour déterminer un ou deux objectifs concrets, ciblés, annotés sur un signet du journal de classe et réajustés au fur et à mesure. Mme Henry : « Les parents ou référents participent. Ils prennent congé au besoin. L’élève aussi est présent. C’est lui qui reformule ces objectifs ». Ceux-ci concernent d’abord les compétences transversales : méthode de travail, gestion du stress. L’équipe est convaincue que c’est le bon moyen pour redonner confiance à l’élève et, par là, améliorer ses résultats dans les disciplines.

Pour chaque réunion, les objectifs sont évalués par chaque enseignant (note chiffrée), par l’élève et par chaque partenaire (acquis, non acquis, en voie de l’être). Et celle de mars débouche sur une évaluation globale. « Le conseil PIA dure de 13 h 30 à 20 h, à raison de trente minutes par élève. C’est aussi pesant. Mais c’est beaucoup plus riche. Tout peut se dire. Tous les acteurs ont toutes les infos, en direct. De plus, les conseils de classe deviennent beaucoup plus rapides ».

Il y a trois ans, les enseignants du 1er degré avaient beaucoup de crainte à propos du PIA. La direction a organisé une information. Sur le terrain, ils se sont vite rendu compte de son caractère constructif et efficace. Ils ont vu des parents, aussi inquiets qu’eux, mais vite aussi participatifs. Et aujourd’hui, ils ne sauraient plus se passer de la formule. Et les élèves ? « À la première réunion, pendant cinq minutes, ils sont très impressionnés, répond M. Hérion. Quand ils constatent qu’on parle en termes positifs et de leurs progrès, ils se relâchent, s’expriment, collaborent ».

Pa. D.