Enseignement.be - Magazine PROF n°33

banner du site

Menu Enseignement.be

logo des recours FAQ CEB CE1D CESS
logo du site Mon Espace
logo du pacte d'excellence
logo FAQ+
logo des annuaires scolaires
logo espace enseignant
logo des communiques de presse
logo du magazine PROF
 

ATTENTION: cette page est désactivée et n'est pas visible par les internautes.
Toutefois, vous pouvez la voir car vous êtes connecté à l'intranet de la Fédération Wallonie Bruxelles.

ATTENTION: cette page est visible uniquement depuis l'intranet de la Fédération Wallonie Bruxelles.

ATTENTION: cette page n'est normalement plus visible du tout.

ATTENTION: cette page n'est plus visible du tout depuis le 31-12-9999 à 00:00.

ATTENTION: cette page ne sera visible qu'à partir du 17-12-2014 à 00:00.

Magazine PROF n°33

 


Dossier Pacte pour un enseignement d'excellence

Vers une école inclusive

Article publié le 01 / 03 / 2017.

Axe stratégique 4 : « Afin d’améliorer le rôle de l’enseignement comme source d’émancipation sociale tout en misant sur l’excellence pour tous, favoriser la mixité et l’école inclusive dans l’ensemble du système éducatif tout en développant des stratégies de lutte contre l’échec scolaire, le décrochage et le redoublement ».

Cet axe comprend dix objectifs diversement détaillés. Le premier, jugé « volontariste, réaliste et atteignable » : réduire de 50 % le redoublement d’ici 2030 en augmentant les résultats des élèves dans les savoirs de base. Et le Groupe central d’indiquer que « l’un des enjeux essentiels de l’évaluation des Plans de pilotage de chaque établissement résidera dans la mesure des progrès réalisés en termes de réduction du taux de redoublement, en tenant objectivement compte de tous les paramètres » (p. 225).

Des réponses spécifiques aux difficultés d’apprentissage

Si cet objectif implique une approche systémique traversant chacun des cinq axes stratégiques, il « repose également sur des réponses spécifiques à apporter aux difficultés d’apprentissage » : une approche cohérente de la différentiation et de la remédiation, une intégration de cette approche dans les plans de pilotage/contrats par objectifs, un renforcement du dialogue famille-école, et la création d’environnements pédagogiques innovants axés sur des initiatives ayant fait leurs preuves.

Deuxième objectif : la lutte contre le décrochage, via un plan global qui complètera la Garantie pour la Jeunesse élaborée par les Régions (en matière de mise à l’emploi ou à la formation professionnelle). Cela suppose de définir les concepts et de construire des indicateurs fiables ; de redéfinir rôles et missions des différents intervenants (CPMS, Équipes mobiles et Services de médiation scolaire, SAS,…), de mieux coordonner ces acteurs ou dispositifs, et de clarifier certaines procédures (comme les exclusions).

Davantage d’intégration dans l’ordinaire

Trois : il s’agit de répondre aux besoins spécifiques dans l’ordinaire, et donc de diminuer le taux d’élèves orientés vers l’enseignement spécialisé, en revenant en 2030 au pourcentage d’élèves inscrits dans le spécialisé qui était en vigueur en 2004. Vaste programme qui suppose notamment de diagnostiquer autrement le besoin spécifique (différent de la difficulté scolaire et du trouble d’apprentissage, il nécessite un soutien supplémentaire au sein de l’école), de diffuser des outils sur les aménagements raisonnables et aider les enseignants à les utiliser.

Quatre : décloisonner et recentrer l’enseignement spécialisé. Une quinzaine de pages esquissent les mesures envisagées : renforcer le pilotage du spécialisé, réformer formations initiale et continuée, réduire le nombre d’élèves dans le spécialisé (en réformant l’orientation, l’intégration, le type 8, et en limitant l’envoi d’élèves « dys » vers le spécialisé), renforcer le dialogue entre équipe pédagogique et CPMS. L’Avis évoque encore, entre autres mesures, la création d’implantations du spécialisé dans l’ordinaire (un projet-pilote est en cours à ce sujet à Marchienne-au-Pont).

Cinquième objectif : réformer les CPMS. Pour le Groupe central, il faut les maintenir hors école, mais recentrer leurs missions. Une dizaine de pages détaillent les orientations en la matière.

Soutenir les écoles

Les quatre derniers objectifs concernent le soutien aux écoles « à fort écart de performance ». L’Avis prévoit l’embauche au sein des réseaux de cinquante conseillers pédagogiques, pour soutenir autant d’écoles par an. La réforme de l’encadrement différencié, autre objectif, est déjà en chantier : le Gouvernement de la Fédération Wallonie-Bruxelles a approuvé un avant-projet de décret modifiant les critères déterminant les écoles ayant droit aux moyens complémentaires de l’encadrement différencié.

Si le Groupe central estime que tronc commun et école inclusive vont favoriser à terme la mixité sociale (huitième objectif), il considère qu’il serait utile de s’inspirer des plateformes locales de concertation instaurées en Flandre depuis 2002. C’est par exemple la plateforme locale de Bruxelles qui vient de décider que l’inscription en secondaire dans les écoles néerlandophones se ferait désormais par tirage au sort, pour en finir avec les files…

Lutte contre l’inégalité de genre et accent sur la maitrise de la langue d’enseignement sont également des objectifs liés à cette volonté d’école inclusive.

Partage d’expériences

Dans le cadre de la dynamique Décolâge !, projet-pilote du Pacte, une après-midi de partage de pratiques alternatives au redoublement a lieu le 17 mai à Namur. Les équipes éducatives impliquées échangeront outils, méthodes et ressources, pour soutenir les apprentissages au cycle 2,5-8 ans. http://www.enseignement.be/decolage.