banner du site

Menu Enseignement.be

logo infos coronavirus
logo infos coronavirus
logo du site Mon Espace
logo du pacte d'excellence
logo du PECA
logo FAQ+
logo des annuaires scolaires
logo espace enseignant
logo des communiques de presse
logo du magazine PROF
 

ATTENTION: cette page est désactivée et n'est pas visible par les internautes.
Toutefois, vous pouvez la voir car vous êtes connecté à l'intranet de la Fédération Wallonie Bruxelles.

ATTENTION: cette page est visible uniquement depuis l'intranet de la Fédération Wallonie Bruxelles.

ATTENTION: cette page n'est normalement plus visible du tout.

ATTENTION: cette page n'est plus visible du tout depuis le 31-12-9999 à 00:00.

ATTENTION: cette page ne sera visible qu'à partir du 17-12-2014 à 00:00.

Magazine PROF n°18

 


Dossier Cours philosophiques : à la croisée des chemins

Un état des lieux en Belgique

Article publié le 01 / 06 / 2013.

Cours de religion dans l’enseignement libre, cours philosophiques dans l’officiel, et cours de philosophie presque absent partout : nos trois Communautés ont une offre presque semblable, avec quelques nuances.

© Fotolia/XtravaganT

En Fédération Wallonie-Bruxelles, le réseau libre subventionné confessionnel, majoritairement catholique, organise un seul cours de religion. Il existe quelques écoles confessionnelles juives, protestantes et islamiques.

Dans le réseau libre subventionné non confessionnel, la situation est variée : certaines écoles donnent l’ensemble de l’offre, d’autres une partie, d’autres enfin le seul cours de morale non confessionnelle.

L’officiel, lui, doit offrir le choix entre le cours de morale non confessionnelle et les cours des religions reconnues : catholique, protestante israélite, orthodoxe, islamique et anglicane. Le bouddhisme et l’hindouisme sont candidats à la reconnaissance. Ces cours obligatoires comptent deux heures semaine, du fondamental à la fin du secondaire, et sont organisés en-dehors du capital-périodes et du NTPP.

Notons que dans les établissements officiels de la Communauté flamande, les parents ou les élèves majeurs peuvent obtenir une dispense et ne suivre aucun cours de religion ou de morale. Celui de religion anglicane y est organisé. Dans les cantons de l’Est, où ni le cours de religion ni celui de religion anglicane ne sont organisés, il n’existe pas de dispense (1).

L’obligation de choix dans l’enseignement officiel a un cout et pose des problèmes d’organisation (locaux, remplacement des profs absents). Ainsi, pour les pallier, certaines écoles composent les classes en regroupant les élèves qui suivent le même cours : dans certains établissements, des classes sont constituées uniquement de catholiques, de musulmans ou de laïques.

Et le cours de philo ?

Une étude récente de l’Unesco le montre (2) : l’approche philosophique, dans le fondamental, en Europe, relève d’expériences ou de projets-pilotes limités. Pour le secondaire, la députée Bernadette Wynants affirmait en 2000, dans un état des lieux réalisé pour le Parlement de la Fédération Wallonie-Bruxelles : « La philosophie est présente dans tous les pays de l’Union européenne via au moins un cours, intitulé comme tel ». La plupart des exemples qu’elle cite concernent la fin du secondaire général (3).

S’il est présent en Belgique, le cours de philosophie l’est de façon confidentielle. En Communauté flamande existe un cours optionnel, Wijsgerige stromingen (courants philosophiques), dans l’option Menswetenschappen (Sciences de l’homme). En Fédération Wallonie-Bruxelles, on trouve le cours de philosophie à l’école européenne de Bruxelles. Dans certaines écoles du réseau FELSI (Fédération des établissements libres subventionnés indépendants), en 4e secondaire, le cours de morale se divise en deux pour laisser la place à la présentation des courants philosophiques et religieux. Il est suivi en 5e et 6e par une option philosophie.

Ajoutons que dans l’officiel, le programme des cours de morale non confessionnelle a été revu, et présente une approche plus philosophique. Et que rien n’interdit à toute école secondaire d’organiser sur fonds propres un cours de philosophie en activité complémentaire.

Le Lycée Martin V à Louvain-la-Neuve, par exemple, à l’instar d’autres, le fait au 3e degré de transition et de technique de transition. « Notre grille est fixée à 30h, au lieu de 28, pour améliorer la formation et diminuer les heures de fourche. Au sein d’une large offre, l’intérêt pour l’option philosophie ne s’est jamais démenti, explique le directeur, Damien Dejemeppe. Ainsi, nous dédoublons le cours de 5e en septembre. Notre public nous le permet ».

(1) SÄGESSER C., Les cours de religion et de morale dans l’enseignement obligatoire, 2012, Bruxelles, CRISP.
(2) UNESCO, L'enseignement de la philosophie en Europe et en Amérique du Nord, 2011, Paris.
(3) Rapport introductif portant sur l’introduction de davantage de philosophie dans l’enseignement, que ce soit à court ou à long terme, déposé au Parlement de la Communauté française, http://bit.ly/14BoBgc