Enseignement.be - Magazine PROF n°16

banner du site

Menu Enseignement.be

logo infos coronavirus
logo du site Mon Espace
logo du pacte d'excellence
logo FAQ+
logo des annuaires scolaires
logo espace enseignant
logo des communiques de presse
logo du magazine PROF
 

ATTENTION: cette page est désactivée et n'est pas visible par les internautes.
Toutefois, vous pouvez la voir car vous êtes connecté à l'intranet de la Fédération Wallonie Bruxelles.

ATTENTION: cette page est visible uniquement depuis l'intranet de la Fédération Wallonie Bruxelles.

ATTENTION: cette page n'est normalement plus visible du tout.

ATTENTION: cette page n'est plus visible du tout depuis le 31-12-9999 à 00:00.

ATTENTION: cette page ne sera visible qu'à partir du 17-12-2014 à 00:00.

Magazine PROF n°16

 


Dossier Esprit d'entreprendre es-tu là?

Des défis au fil des années

Article publié le 01 / 12 / 2012.

La Haute École Francisco Ferrer, à Bruxelles, propose une gamme de projets aux étudiants de la section stylisme-modélisme, susceptibles de monter leur propre activité.

Mercredi, 8 h 30. La tension monte dans « l’antichambre » de ce vaste local où les étudiants de 3e baccalauréat en stylisme-modélisme ont exposé croquis, illustrations et échantillons de tissu. « Pour le travail de fin d’études, nous devons réaliser un projet de collection de prêt-à-porter destinée à la production, et qui nous ressemble, confie Maxime Edward Royen. Personnellement, je me suis inspiré des rapports entre la réalité contemporaine et la fiction légendaire arthurienne dans la culture anglo-saxonne. L’ensemble des collections réalisées par les étudiants sera présenté lors du défilé FFSHOW.03 ».

Pour l’heure, il s’agit pour ces étudiants de passer le cap d’un premier jury, où ils détaillent leurs choix : thématique, concept tendance, sources d’inspiration, matières, couleurs et accessoires, niveau de gamme, cible,… Tout cela sous le regard attentif au moindre détail de Gaïna de Rosen, Emanuele Pirson et Jean-Louis Baquet, professeurs de création thématique et développement de collection.

Ce défi n’est pas le seul qui attend ces étudiants. Durant leur stage de quinze semaines dans une entreprise du secteur textile, ils doivent concevoir et confectionner un trench coat respectant la philosophie, le style et le type de clientèle de cette entreprise. Ils devront également s’occuper de la partie commerciale de ce projet. « C’est là qu’ils peuvent concrétiser des éléments théoriques engrangés durant la formation », explique Didier Benoît. Mais pas seulement là. Car ce professeur de notions économiques et juridiques et de marketing propose déjà à ses étudiants en 2e année de créer un Young Entreprise Project. « Je leur dis : Mettez-vous dans la peau d’un entrepreneur en imaginant un concept. Il s’agit pour eux de réfléchir à des valeurs à transmettre, à des besoins à combler ; d’étudier le marché et la concurrence ; et ensuite d’élaborer un prototype du produit choisi, d’en évaluer le cout de production, le prix de revient, le prix de vente,… Et de tester en ligne le succès obtenu auprès du public ».

Des uniformes des huissiers aux combinaisons des ingénieurs

D’autres projets, ponctuels, mobilisent prise de responsabilités, créativité, organisation, des étudiants de 1er et de 2e bac pendant deux ans. Cette année, ils sont chargés de concevoir la garde-robe complète des trente huissiers du Parlement bruxellois. « Les étudiants ont commencé par concevoir ces uniformes en respectant les couleurs, les matières, les styles imposés par le cahier des charges, précise M. Baquet. Sur les quarante collections présentées par une centaine d’étudiants, le Parlement a choisi, après consultation de son personnel, un projet pour chaque sexe et pour deux saisons (été et hiver) ».

« Nos étudiants doivent maintenant élaborer un dossier technique de fabrication de ces vêtements, destiné aux entreprises belges et étrangères qui seront invitées à la réaliser. Ils devront, enfin, évaluer la fidélité des costumes confectionnés à l’image initiale ». L’enseignant le précise : des projets similaires ont été menés, au cours des dernières années, pour créer les nouveaux uniformes du personnel d’une chaine de parfumerie, des combinaisons pour des ingénieurs en aéronautique, et la garde-robe des mannequins d’un concours organisé par un magazine.

Tous ces défis offrent des occasions bien concrètes de former des stylistes-modélistes capables d’imaginer, mais aussi de réaliser et de commercialiser leurs projets. L’objectif est de former des personnes polyvalentes pouvant remplir tous les rôles inhérents au métier, depuis le choix du fil et de la couleur jusqu’à la réalisation du prototype, en passant par les étapes successives du dessin, sans oublier l’aspect économique du processus. Bien utile dans le domaine de la mode où les places sont chères…

C. M.