Enseignement.be - Magazine PROF n°16

banner du site

Menu Enseignement.be

logo infos coronavirus
logo infos coronavirus
logo du site Mon Espace
logo du pacte d'excellence
logo du PECA
logo FAQ+
logo des annuaires scolaires
logo espace enseignant
logo des communiques de presse
logo du magazine PROF
 

ATTENTION: cette page est désactivée et n'est pas visible par les internautes.
Toutefois, vous pouvez la voir car vous êtes connecté à l'intranet de la Fédération Wallonie Bruxelles.

ATTENTION: cette page est visible uniquement depuis l'intranet de la Fédération Wallonie Bruxelles.

ATTENTION: cette page n'est normalement plus visible du tout.

ATTENTION: cette page n'est plus visible du tout depuis le 31-12-9999 à 00:00.

ATTENTION: cette page ne sera visible qu'à partir du 17-12-2014 à 00:00.

Magazine PROF n°16

 


Dossier Esprit d'entreprendre es-tu là?

Les enfants, moteurs de leurs projets

Article publié le 01 / 12 / 2012.

À l'École libre Saint-Jean-Baptiste, à Herseaux, Gaëtane Harduin accompagne ses élèves de 6e primaire dans la réalisation de projets individuels « entreprenants ».

Convaincue de l'utilité de l'apprentissage par projets, Gaëtane Harduin, institutrice en 6e primaire, utilise la démarche et les outils du programme Cap'Ten, élaboré par Ichec-PME (1).

Au terme de son travail, chaque élève propose une réalisation concrète, son « chef-d’oeuvre ».
Au terme de son travail, chaque élève propose une réalisation concrète, son « chef-d’oeuvre ».
© PROF/FWB

« D'abord, j'envoie une carte postale à chaque élève pour les inviter à relever un défi en classe, commence Gaëtane Harduin. Ensuite, à partir de l'histoire, lue ou écoutée en classe, d'une fourmi chargée d'une mission, ils découvrent quelles sont les compétences nécessaires pour atteindre un objectif et vaincre les obstacles : responsabilité, curiosité, autonomie, créativité, organisation, persévérance, communication,... »

Chaque élève choisit ensuite un projet en fonction de ses gouts et de ses centres d'intérêt. « Mon rôle, à ce stade, consiste à les orienter vers un sous-thème plus précis s’ils choisissent un sujet trop général ne permettant pas un travail approfondi », précise l’enseignante. Chaque projet, qui s’étale sur six mois, comporte plusieurs étapes : recherche documentaire, visite d'un lieu dédié au sujet ou rencontre avec une personne passionnée, tri et organisation des informations collectées, élaboration d'un dossier, présentation devant la classe et réalisation concrète (le chef-d'œuvre) présenté lors d'une exposition en fin d'année.

Un « marché aux idées »

Des outils (guide, fiches d'autoévaluation sur les compétences développées) accompagnent l'élève à chacune de ces étapes. Et une période par semaine est consacrée à un « marché aux idées » où les enfants peuvent échanger en expliquant à la classe les démarches entreprises, les difficultés rencontrées,… Cela aboutit chaque année à des projets très variés, de la réalisation d'un repas chinois à la découverte du système solaire, en passant par celle de l'art floral, du métier de pâtissier ou de la voile, par exemple.

Mme Harduin le précise : ces projets permettent évidemment d'intégrer des compétences disciplinaires lors d’apprentissages collectifs en classe. Au cours de français, les élèves apprennent à téléphoner, à rédiger une lettre de demande de documentation, à réaliser un questionnaire pour l’interview d’un spécialiste. Le cours d'informatique leur donne l’occasion d'apprendre à effectuer une recherche documentaire, à repérer des sources fiables ou même à créer un blog reprenant recherches et contacts (textes, photos, commentaires personnels, liens,...).

« Chaque élève est le moteur de son projet. Tous aboutissent à un résultat dans les délais fixés, les plus rapides épaulant les autres durant les dernières semaines, poursuit l'institutrice. Les enfants sont motivés et fiers de présenter leur chef-d'œuvre : maquette, film, jeu, évènement,... Certains sujets ont ainsi abouti à des activités collectives : journée de voile à Ostende, découverte d’une ferme biologique,… Ces sorties fournissent évidemment l'occasion de travailler ensemble, en mathématiques par exemple, des notions de prix de revient ou de distances ».

Et Mme Harduin de conclure : « Ce projet poursuit un double objectif : préparer les élèves à l’entrée dans l’enseignement secondaire en les aidant à devenir autonomes, à mieux se connaitre et à s’évaluer face à des situations d’apprentissage. Et les former à la démarche de l’esprit d’entreprendre ».

(1) https://www.step2you.be/fr/cap-ten.html?IDC=779

Deux bonnes adresses

En partenariat avec des opérateurs agréés (Les Jeunes Entreprises, ICHEC-PME, Groupe One et Héraclès), l’Agence de stimulation économique (ASE) propose un ensemble d’animations à mener dans les classes primaires, secondaires et supérieures, en Wallonie, pour développer les attitudes entrepreneuriales des jeunes. Elle organise également chaque année un appel à projets entrepreneuriaux et octroie des bourses aux lauréats et met à la disposition des (futurs) enseignants des outils pédagogiques (contes, jeux, BD, fiches pédagogiques,…). http://www.as-e.be

Boost Your Talent, initiative de l’Union européenne et de la Région bruxelloise, coordonnée par l’Agence Bruxelloise pour l’entreprise, propose, avec des opérateurs agréés, des animations pour l’enseignement primaire, secondaire et supérieur dans le « territoire du canal » et les quartiers centraux bruxellois (Bruxelles-ville, Schaerbeek, Saint-Gilles, Saint-Josse-Ten-Noode, Molenbeek, Anderlecht et Forest). http://www.boostyourtalent.be.