Enseignement.be - Magazine PROF n°7

banner du site

Menu Enseignement.be

logo des recours FAQ CEB CE1D CESS
logo du site Mon Espace
logo du pacte d'excellence
logo FAQ+
logo des annuaires scolaires
logo espace enseignant
logo des communiques de presse
logo du magazine PROF
 

ATTENTION: cette page est désactivée et n'est pas visible par les internautes.
Toutefois, vous pouvez la voir car vous êtes connecté à l'intranet de la Fédération Wallonie Bruxelles.

ATTENTION: cette page est visible uniquement depuis l'intranet de la Fédération Wallonie Bruxelles.

ATTENTION: cette page n'est normalement plus visible du tout.

ATTENTION: cette page n'est plus visible du tout depuis le 31-12-9999 à 00:00.

ATTENTION: cette page ne sera visible qu'à partir du 17-12-2014 à 00:00.

Magazine PROF n°7

 


Dossier Amarrer les enseignants débutants

« Qualité » oblige…

Article publié le 01 / 09 / 2010.

À l’Institut technique libre d’Ath, l’accueil et le suivi des enseignants est l’une des facettes de la « démarche qualité » lancée voici dix ans.

« Nous cherchions un projet porteur pour remobiliser les enseignants, se souvient Aomar Boultouak, responsable qualité et du Centre de Technologie Avancée (CTA) dans cette école secondaire organisant des techniques de transition, de qualification, du professionnel et de la formation en alternance. Entrer dans un système de maitrise de la qualité avec, à la clé, une certification ISO 9001, garantissant la recherche permanente de l’évaluation continue, nous semblait aussi une bonne manière de préparer nos élèves à la vie professionnelle ».

Raphaël Mincke, sous-directeur, et Aomar Boultouak, responsable « qualité » : deux maillons essentiels de l’accueil des nouveaux.
Raphaël Mincke, sous-directeur, et Aomar Boultouak, responsable « qualité » : deux maillons essentiels de l’accueil des nouveaux.
© PROF/FWB

Lancé en 1997 à l’échelle de la section menuiserie, ce projet visant la qualité sur les plans organisationnel, administratif et pédagogique, s’est vite étendu à toute l’école. Un volet important concerne l’accueil et le suivi des enseignants débutants. Tout est précis, codifié dans des documents et… rondement mené.

Un demi-jour de prise en charge

L’entretien d’embauche est mené par le sous-directeur, Raphaël Mincke, souvent accompagné par un chef d’atelier. Une fois engagé, le nouveau venu, temporaire ou intérimaire, est pris en charge pendant une demi-journée, d’abord pour être informé sur l’organisation générale de l’école, sur la gestion de la discipline,… Il reçoit le programme des cours, des explications sur les documents pédagogiques, et un dossier détaillant son horaire, ses attributions, les éphémérides, les projets éducatif et pédagogique, les différentes options, ainsi que la clé des classes, les documents médicaux, d’assurance,…

Le responsable qualité prend le relai : il explique brièvement le fonctionnement du système qualité ISO 9001 et affiche la photo du nouvel engagé sur un power point passant en boucle sur l’écran d’information de la salle des professeurs. Il le présente au responsable des cours généraux ou au chef d’atelier, lui fait visiter l’école, lui montre ses classes ou ses ateliers, en précise les règles de sécurité et lui propose un parrain.

Et des moments-clés réguliers

Plusieurs moments-clés sont prévus ensuite pour suivre les « jeunes pousses ». D’abord, une prise de contact avec les conseillers pédagogiques et une réunion collective avec l’équipe de direction, en octobre. Puis, en janvier, chaque nouvel enseignant présente ses préparations de cours et ses documents administratifs (journal de classe, planification,…) au sous-directeur. Au second semestre, ce dernier prolonge une visite en classe par des remarques et des conseils.

Des procédures précises, mais pas figées. « Nous sommes à la onzième mouture de cet outil qui est aussi contrôlé et évalué tous les trois ans par un organisme agréé, précise le responsable qualité. En proposant des actions correctives et préventives au comité de pilotage, chaque acteur de l’école - enseignants, étudiants, parents,… - peut apporter sa pierre à l’édifice ». Une démarche exportable ? Sans doute, mais « toutes les procédures doivent être écrites au sein même de l’école pour coller à la réalité de terrain. Et la direction doit être le moteur du projet pour susciter l’adhésion de toute l’équipe », conclut Aomar Boultouak.

C. M.