Enseignement.be - Magazine PROF n°35

banner du site

Menu Enseignement.be

logo des recours FAQ CEB CE1D CESS
logo du site Mon Espace
logo du pacte d'excellence
logo FAQ+
logo des annuaires scolaires
logo espace enseignant
logo des communiques de presse
logo du magazine PROF
 

ATTENTION: cette page est désactivée et n'est pas visible par les internautes.
Toutefois, vous pouvez la voir car vous êtes connecté à l'intranet de la Fédération Wallonie Bruxelles.

ATTENTION: cette page est visible uniquement depuis l'intranet de la Fédération Wallonie Bruxelles.

ATTENTION: cette page n'est normalement plus visible du tout.

ATTENTION: cette page n'est plus visible du tout depuis le 31-12-9999 à 00:00.

ATTENTION: cette page ne sera visible qu'à partir du 17-12-2014 à 00:00.

Magazine PROF n°35

 


Dossier Rentrée 2017

Maternel : 1 100 engagements en trois ans

Article publié le 01 / 09 / 2017.

Revues, les normes d’encadrement en maternel permettent d’améliorer l’encadrement en personnel enseignant, dès cette rentrée.

Cet été, le Parlement de la Fédération Wallonie-Bruxelles a suivi à l’unanimité la première recommandation du Pacte pour un Enseignement d’excellence, qui consiste à renforcer l’encadrement en maternelle. L’objectif est de réduire de moitié l’écart d’encadrement avec la moyenne des pays de l’Organisation de Coopération et de Développement Économiques.

De nouvelles normes d’encadrement, plus favorables, sont appliquées dès cette rentrée 2017.
De nouvelles normes d’encadrement, plus favorables, sont appliquées dès cette rentrée 2017.
© Archive PROF/FWB/Jean-Michel Clajot

2,5 emplois dès le 36e inscrit

La première étape de ce renforcement consiste à revoir à la hausse le nombre d’emplois par élèves inscrits. Une école (ou implantation à comptage séparé) peut désormais passer de 2 à 2,5 emplois dès le 36e enfant inscrit (au lieu de 40 précédemment) et jusqu’au 45e. De 46 à 61 enfants, on passe à trois emplois ; puis à 3,5 entre 62 et 71, et à 4 entre 72 et 81. Au-delà, on augmente de 0,5 emploi par fourchette de 10 élèves.

Ce nouveau tableau du calcul de l’encadrement permet de toujours demeurer en moyenne sous la barre des 20 élèves par emploi généré, alors qu’avec l’ancien tableau, cette limite était dépassée, frôlant souvent les 22 enfants par enseignant.

Lors de l’adoption de cette modification du décret portant organisation de l'enseignement maternel et primaire ordinaire et modifiant la règlementation de l'enseignement (1), la ministre de l’Éducation a précisé qu’il s’agit là de la première phase du réinvestissement dans le maternel, à hauteur de 50 millions sur trois ans (soit 16,5 millions par an).

Améliorer le statut des ACS/APE

La deuxième phase (rentrée 2018), dont les modalités doivent être précisées, consiste à améliorer le statut des personnels ACS/APE. Il s’agit de convertir ces périodes ACS/APE (361,5 équivalents temps plein de psychomotriciens) en périodes « organiques ». De ce fait, les postes ACS/APE seraient ainsi libérés pour l’engagement de puériculteurs et puéricultrices, l’objectif étant qu’il y en ait un par implantation.

Les contours de la troisième phase (rentrée 2019) ne sont pas définis à ce jour. Ces trois phases cumulées doivent permettre l’engagement de 1100 personnes dans le maternel.

Didier CATTEAU

(1) http://bit.ly/2w0oPmP