Enseignement.be - Magazine PROF n°20

banner du site

Menu Enseignement.be

logo infos coronavirus
logo du site Mon Espace
logo du pacte d'excellence
logo FAQ+
logo des annuaires scolaires
logo espace enseignant
logo des communiques de presse
logo du magazine PROF
 

ATTENTION: cette page est désactivée et n'est pas visible par les internautes.
Toutefois, vous pouvez la voir car vous êtes connecté à l'intranet de la Fédération Wallonie Bruxelles.

ATTENTION: cette page est visible uniquement depuis l'intranet de la Fédération Wallonie Bruxelles.

ATTENTION: cette page n'est normalement plus visible du tout.

ATTENTION: cette page n'est plus visible du tout depuis le 31-12-9999 à 00:00.

ATTENTION: cette page ne sera visible qu'à partir du 17-12-2014 à 00:00.

Magazine PROF n°20

 


Dossier En voiture, Simone? Moins qu'avant!

La mobilité au cœur des apprentissages

Article publié le 01 / 12 / 2013.

Pour améliorer la mobilité autour d’une école, enseignants, élèves, associations et responsables politiques peuvent cheminer ensemble. Récits à Tellin et à Rebecq.

Au gouvernail des Écoles communales de Tellin, Bure et Resteigne, Yvette Mallet raconte : « Il y a deux ans, nous avons décidé de mener l’enquête sur la mobilité des élèves de l’école de Resteigne, et de promouvoir le vélo utilisé par de nombreux enfants. Au cours d’éveil, les élèves de 5e et 6e primaires ont repéré leur domicile respectif sur un plan, étudié le milieu rural. Ensuite, en expression écrite, ils ont réalisé un dossier et, au cours de gym, avec l’aide de Pro Vélo et de la police, ils ont passé le brevet cycliste et appris à entretenir leur vélo. Des circuits cyclistes ont aussi été organisés pour les plus jeunes dans la cour de récréation et aux abords de l’école ».

Durant la belle saison, des rangs vélos hebdomadaires mènent les enfants vers les écoles de Perwez.
Durant la belle saison, des rangs vélos hebdomadaires mènent les enfants vers les écoles de Perwez.
© PROF/FWB

Cette initiative s’est inscrite dans le cadre plus large d’un Plan de déplacements scolaires, communal et ici quinquennal, pour améliorer la mobilité douce et la sécurité aux abords des écoles de cette entité rurale de quelque 2 500 habitants. Avec le coup de pouce financier de la Région, la Commune a aménagé un parking dépose-minute (kiss and ride) pour les automobilistes à l’arrière de l’école. Les enfants ont vite participé au projet, accordant de bons et de mauvais points aux automobilistes qui s’attardaient…

« L’amélioration est indéniable, explique Mme Mallet. Les enfants se sentent plus en sécurité à l’entrée de l’école et la pratique régulière du vélo augmente ».

La Commune a réalisé des aménagements similaires aux abords de l’école communale de Tellin ; à Bure, elle a prévu de créer des circuits différents pour les automobilistes et les bus et cars. « Dans ce village, la circulation aux heures de pointe scolaires est particulièrement difficile, ajoute la directrice. Nous avons décalé nos heures de sortie par rapport à celles du Collège secondaire d’Alzon, tout proche, de manière à réduire l’encombrement des lieux ».

Mener l'enquête

Le souci d’améliorer la mobilité autour de ce collège a trouvé écho auprès de Cécile Paul, qui y enseigne la géographie : « Quand l'ASBL Taxistop nous a proposé de participer au projet de covoiturage Schoolpool, j'ai voulu analyser la situation au préalable, sonder les besoins dans l'école ». Mme Paul a donc demandé à ses deux classes de rhéto de mener l'enquête auprès de tous les élèves pour connaitre le mode de transport utilisé, les horaires et la durée des trajets. L'occasion de constater que la moitié des quelque 320 élèves gagnent le collège en voiture, le reste se répartissant entre les bus réguliers et le transport scolaire.

Répartis en petits groupes, les 40 élèves ont ensuite traité les informations recueillies en réalisant pour l'examen de Noël un dossier comportant tableaux, graphiques, carte pour chacun des moyens de transport utilisés. Ils ont pu ainsi dresser un bilan complet des déplacements des élèves de ce collège établi au milieu de nulle part, et repérer les zones moins bien desservies par les transports en commun. Durant le Printemps de la Mobilité, ces rhétoriciens ont interpelé les parents venus rechercher leurs enfants pour les sensibiliser au cout du mode de transport et à son impact sur l'environnement. « En veillant à ne pas tomber dans le prosélytisme, la dramatisation ou la culpabilisation des automobilistes », précise Mme Paul.

La suite ? « Chez nous, Schoolpool n’a réuni qu’une dizaine de candidats, explique le directeur, Benoît Strepenne. Beaucoup de parents pratiquaient déjà le covoiturage et à cet outil web, les nouveaux candidats ont préféré des contacts plus personnels avec des parents dont nous leur avions communiqué l'adresse ».

À petits pas, par quatre chemins

Les mêmes acteurs étaient sur la ligne de départ, l’an dernier à Quenast, à l’occasion de l’opération L’école au bout des pieds. L’objectif : construire des parcours à emprunter en toute sécurité et de manière indépendante pour les élèves de la – bien nommée – école Les Petits Pas. Pour sensibiliser les élèves aux enjeux de la mobilité, l’animatrice de l’ASBL Empreintes a proposé aux élèves de jouer à Optimove (lire « Quelques ressources »).

Puis les ASBL Sentiers.be et Gamah ont piloté, au départ de questionnaires remplis par les enfants, une cartographie des déplacements. « Cela a permis de vérifier que la plupart des familles viennent saturer l’étroite rue de Saintes, au centre du village », explique la directrice de l’école, Emmanuelle Jongen.

Cette cartographie a servi de point de départ à ces associations pour sélectionner, avec la Commune et la police, quatre itinéraires piétons convergeant vers l’école. Empreintes a pris ensuite le relai, emmenant sur ces parcours les élèves munis d’appareils photos pour repérer des difficultés (des haies mal entretenues, des voitures encombrant le trottoir,…) et proposer des pistes de solutions. Ceux-ci ont alors rédigé des dossiers avec photos et commentaires qu’ils ont présentés aux responsables communaux.

Durant le Printemps de la Mobilité, les enfants ont rédigé courrier et affiches pour inviter les riverains à s’associer à leur action contre le parking sauvage et compté quotidiennement les élèves qui utilisaient ces itinéraires et ceux dont les parents utilisaient la zone dépose-minute installée par la Commune à titre expérimental sur la place du village.

Et l’expérience se poursuit : la commune va réinstaller la zone dépose-minute de manière définitive tandis que l'école relancera cette année des actions de sensibilisation à la marche et à l'utilisation du Kiss and ride par les élèves et les parents.