Enseignement.be - Magazine PROF n°20

banner du site

Menu Enseignement.be

logo infos coronavirus
logo du site Mon Espace
logo du pacte d'excellence
logo FAQ+
logo des annuaires scolaires
logo espace enseignant
logo des communiques de presse
logo du magazine PROF
 

ATTENTION: cette page est désactivée et n'est pas visible par les internautes.
Toutefois, vous pouvez la voir car vous êtes connecté à l'intranet de la Fédération Wallonie Bruxelles.

ATTENTION: cette page est visible uniquement depuis l'intranet de la Fédération Wallonie Bruxelles.

ATTENTION: cette page n'est normalement plus visible du tout.

ATTENTION: cette page n'est plus visible du tout depuis le 31-12-9999 à 00:00.

ATTENTION: cette page ne sera visible qu'à partir du 17-12-2014 à 00:00.

Magazine PROF n°20

 


Dossier En voiture, Simone? Moins qu'avant!

Le PDS, un engagement citoyen

Article publié le 01 / 12 / 2013.

La plupart des élèves de l’Institut (secondaire) Sainte-Ursule à Forest habitent dans un rayon de 5 km aux alentours. Or, il dispose d’un Plan de déplacements scolaires (PDS) depuis 2 ans.

En 2011, après un questionnaire de diagnostic envoyé aux 600 élèves et leurs parents et la journée d’échanges de pratiques organisée chaque année par Bruxelles-Mobilité, la directrice Joëlle Croes et l’éducatrice Caroline Van Bastelaere ont mis en œuvre un PDS pour Sainte-Ursule. « Il faut s’armer pour nos choix citoyens, explique Mme Croes, et notamment en mobilité ».

La majorité des élèves du secondaire utilisent les transports publics.
La majorité des élèves du secondaire utilisent les transports publics.
© PROF/FWB

Ainsi, l’école a affiché sa fiche d’accessibilité, l’éducatrice a conscientisé toutes les classes et a organisé un co-voiturage pour une dizaine d’élèves. Le 20 septembre dernier, l’école a participé à Une journée sans voiture. « Le courrier pour les élèves, parents et professeurs a été préparé en aout, commente la directrice, distribué à la rentrée, et suivi d’un rappel sur les adresses mail fournies à tous par l’école ».

Des 40 présents ce jour-là, 2 profs ont covoituré, 1 a pris les transports publics sur les 12 conducteurs réguliers qui citent comme raisons le gain de temps, la difficulté de prendre les transports publics pour déposer leurs enfants, ou de se déplacer dans d’autres écoles le même jour.

Les élèves des 2e et 3e degrés viennent quasi tous en tram, bus ou à pied ; moins en vélo, vu le relief pentu de la commune. Les parents des élèves du 1er degré préfèrent souvent la voiture, considérant comme insécurisants certains lieux de passage comme le parc Duden et la gare du midi. Certains citent la difficulté des familles décomposées. Chaque élève a reçu un porte-clé fluo, chaque prof un petit sac : une façon de visualiser cette journée et d’en reparler. Par ailleurs, chaque rentrée, la STIB contacte l’école. En fonction de ses horaires, elle dédouble certains bus. L’école, elle, étale sa sortie du mercredi, de 12h à 12h50. Le matin, certains bus bondés ne s’arrêtent pas à tous les arrêts, d’où des retards. L’éducatrice : « Notre ROI permet aux élèves 6 retards par trimestre. Cela les couvre ».

La mobilité est un enjeu aussi pour les candidats au Conseil des délégués, interpellés par la directrice. Adrien Lacroix, son ancien président : « Des activités sur la mobilité permettent aux jeunes de comprendre ce que c’est. Le conseil pourrait prendre le relai en la matière ».