banner du site

Menu Enseignement.be

logo infos coronavirus
logo infos coronavirus
logo du site Mon Espace
logo du pacte d'excellence
logo du PECA
logo FAQ+
logo des annuaires scolaires
logo espace enseignant
logo des communiques de presse
logo du magazine PROF
 

ATTENTION: cette page est désactivée et n'est pas visible par les internautes.
Toutefois, vous pouvez la voir car vous êtes connecté à l'intranet de la Fédération Wallonie Bruxelles.

ATTENTION: cette page est visible uniquement depuis l'intranet de la Fédération Wallonie Bruxelles.

ATTENTION: cette page n'est normalement plus visible du tout.

ATTENTION: cette page n'est plus visible du tout depuis le 31-12-9999 à 00:00.

ATTENTION: cette page ne sera visible qu'à partir du 17-12-2014 à 00:00.

Magazine PROF n°13

 


Dossier Évaluation de la formation initiale

Mettre la formation en cohérence avec l’organisation de l’enseignement

Article publié le 01 / 03 / 2012.

Participatif, le processus d’évaluation a incité quantité d’acteurs à émettre leurs avis (1). Parmi ceux-ci figure celui de l’Inspecteur général, Roger Godet, qui évoque le fossé entre la sensibilisation à certaines problématiques essentielles et la capacité à mobiliser des compétences solides et affirmées pour les rencontrer. Il songe notamment à la planification et à la gestion des apprentissages disciplinaires ; à la prise en compte des difficultés d'apprentissage et à la mise en place de dispositifs permettant de les pallier ; ou encore à la gestion efficace d'un groupe d'élèves.

« Affaire de maitrise des apports théoriques? Affaire de capacité à mobiliser ces apports en situations ? Sans doute les deux », souligne M. Godet, selon qui « la question de l'allongement éventuel semble dès lors davantage une conséquence de ces propositions qu'une position de principe ». Par ailleurs, dans le rapport d’inspection 2011 (2), M. Godet se demande s’il ne serait pas opportun d’harmoniser la formation initiale et les structures de l’enseignement. Pour le secondaire, par exemple, « ne serait-il pas cohérent avec le décret Missions de former, d’une part, des maitres destinés à enseigner au 1er degré et, d’autre part, des maitres destinés à enseigner aux 2e et 3e degrés ? » En outre, « le fait de séparer, pour les matières à portée didactique, dès leur inscription dans une filière pédagogique d'une haute école, les futurs enseignants des niveaux préscolaire, primaire et secondaire inférieur accentue les effets négatifs des césures structurelles existant entre ces niveaux ».

Un socle commun ?

Pour le Conseil général des Hautes écoles (CGHE), les demandes croissantes de la société, la pénurie d'enseignants, le sentiment des enseignants et étudiants de ne pas avoir assez de temps, l’harmonisation européenne, entre autres, plaident pour une réforme. Le CGHE (3)) propose un master professionnalisant, aux mains des hautes écoles, qui réponde par un « tronc commun » au besoin d'unicité du métier, de continuité du cursus scolaire et de lutte contre les difficultés de l'apprenant. Une formation dont certains modules « pourraient être organisés en collaboration avec les universités, la promotion sociale et aussi dans le cadre de la mobilité internationale ».

Le Conseil interuniversitaire de la Fédération Wallonie-Bruxelles (CIUF) ne se prononce pas « explicitement sur l'opportunité de l'allongement » (4), positionne les universités en « acteur incontournable d'une formation de niveau master », et propose aussi un « socle commun de connaissances et de compétences ». Selon lui, la formation initiale doit repartir des besoins, envisager une réforme des titres pédagogiques, et ne pas se limiter au seul allongement. De son côté, le Conseil de l’éducation et de la formation (CEF) « n’a pas pu aboutir à un consensus exprimé dans un avis, explique son président. Toutefois, nous nous sommes entendus sur des traits communs : l’augmentation de la pratique réflexive axée sur les stages, le tutorat, la formation autour de contenus communs, l’émergence d’un métier commun avec transversalité de certaines compétences ».

Côté syndical

Côté syndical, la CGSP-Enseignement (5) estime « évident » que la formation devrait s’étendre sur cinq années, tandis que la CSC-Enseignement admet qu’une réforme passera sans doute par un allongement des études, à terme. Allongement auquel s’opposent les deux fédérations d’étudiants.

Didier CATTEAU

(1) Lire les pages 85 à 98 du rapport et notre Dossier spécial en ligne sur http://www.enseignement.be/prof (PROF n°12bis), qui renvoie vers les textes de la plupart de ces avis.
(2) Lire « Inspection : clarifier les contenus pour se centrer sur les méthodes » dans PROF 13.
(3) Avis 90 et 101, http://www.cghe.cfwb.be/index.php?id=cghe_avis
(4) Avis du 14 juin 2011.
(5) Qui a publié en juin 2009 une première analyse de la formation initiale, http://www.cgsp-enseignement.be/tribune/category/8-trib09