Enseignement.be - Magazine PROF n°1

banner du site

Menu Enseignement.be

logo infos coronavirus
logo du site Mon Espace
logo du pacte d'excellence
logo FAQ+
logo des annuaires scolaires
logo espace enseignant
logo des communiques de presse
logo du magazine PROF
 

ATTENTION: cette page est désactivée et n'est pas visible par les internautes.
Toutefois, vous pouvez la voir car vous êtes connecté à l'intranet de la Fédération Wallonie Bruxelles.

ATTENTION: cette page est visible uniquement depuis l'intranet de la Fédération Wallonie Bruxelles.

ATTENTION: cette page n'est normalement plus visible du tout.

ATTENTION: cette page n'est plus visible du tout depuis le 31-12-9999 à 00:00.

ATTENTION: cette page ne sera visible qu'à partir du 17-12-2014 à 00:00.

Magazine PROF n°1

 


Dossier Le sport à l'école

Quand les clubs entrent à l’école

Article publié le 01 / 03 / 2009.

« Chouette, on est vendredi après-midi », s’enthousiasment quinze élèves de 1re différenciée de l’Athénée de Marche, qui font du jiu-jitsu et de l’escrime pendant trois heures. « C’est le fruit d’une synergie entre deux clubs locaux et le centre de Conseil du sport d’Arlon, explique la proviseure Annie Thonon. L’animation est gratuite, différente et valorisante pour ces élèves venant surtout du spécial ». Des résultats ? Les jeunes ont plus de maitrise par rapport à eux, au groupe et aux professeurs. Et les problèmes de discipline sont quasi inexistants.

« Il y a peu d’expériences comme celles-là, commente le directeur du Centre de Sport, Daniel Stéphany. Pour obtenir un subside de la Communauté française, les clubs doivent disposer de personnes compétentes, proposer une activité durant au moins deux mois, avec le même groupe d’enfants… »

Même écho favorable à l’École communale de l’Amitié, à Limal, où un partenariat avec des clubs, l’académie et une aide financière de la Ville permettent aux 118 élèves de primaires de pratiquer tennis de table, volley- ball, judo, danse,… « Pour libérer le vendredi après-midi, les autres journées ont été allongées avec l’accord des enseignants », explique la directrice, Cécile Tonnon. Un regret : le manque de communication entre les professeurs de gym et les moniteurs des clubs.

Pa. D. et C. M.