Enseignement.be - Magazine PROF n°9

banner du site

Menu Enseignement.be

logo infos coronavirus
logo du site Mon Espace
logo du pacte d'excellence
logo FAQ+
logo des annuaires scolaires
logo espace enseignant
logo des communiques de presse
logo du magazine PROF
 

ATTENTION: cette page est désactivée et n'est pas visible par les internautes.
Toutefois, vous pouvez la voir car vous êtes connecté à l'intranet de la Fédération Wallonie Bruxelles.

ATTENTION: cette page est visible uniquement depuis l'intranet de la Fédération Wallonie Bruxelles.

ATTENTION: cette page n'est normalement plus visible du tout.

ATTENTION: cette page n'est plus visible du tout depuis le 31-12-9999 à 00:00.

ATTENTION: cette page ne sera visible qu'à partir du 17-12-2014 à 00:00.

Magazine PROF n°9

 


Dossier PISA n’est pas le bulletin des enseignants

« On prend les résultats en pleine figure »

Article publié le 01 / 03 / 2011.

« Moi, ça m’énerve, parce que dans les journaux, ils parlent des résultats, mais jamais de l’enquête elle-même, bondit cette enseignante en sciences au secondaire supérieur. Je ne sais même pas quand l’enquête a eu lieu pour les sciences, et jamais un seul de mes élèves ne l’a passée. On nous dit que les résultats sont très mauvais en Belgique ! On ne sait pas comment l’enquête est construite, et puis on se prend ça dans la figure ! »

© Fotolia/Infinite XX

« J’aimerais bien avoir le test, pour comprendre ce qui ne va pas, mais on ne peut pas voir les questionnaires, poursuit-elle. Je veux bien entendre que les résultats sont mauvais, mais si on ne sait pas ce qui ne va pas, on ne peut pas non plus y remédier… »

« Tout ça semble venir de très haut, ajoute un collègue. L’impression que j’en ai est que les commentaires sont peu nuancés : nous sommes moins bons ici que là-bas. C’est en tout cas la façon dont je l’interprète. Et il y a toujours cette notion de classement… Forcément, face à un message tranché et dénigrant, on n’a pas envie d’aller analyser les nuances… »

« Je sais que PISA existe, mais pour moi, c’est flou », confie une enseignante débutante. Son collègue entend beaucoup parler de PISA aux cours d’agrégation, mais « pour mettre en évidence les disparités avec la Flandre, et pour se demander pourquoi on en est là ! »

Aucun de nos interlocuteurs n’est allé plus loin que ce qu’en ont dit les journaux, radios et télés. Signe d’un manque d’information ou d’intérêt pour un sujet que les médias classiques résument à des slogans peu flatteurs et donc peu mobilisateurs. « On nous dit qu’on est mauvais, point ! », résume amèrement ce jeune prof de math désireux lui aussi d’avoir davantage d’outils et d’échos des recherches et études menées dans la foulée des enquêtes PISA. « Guidez-nous un peu, si on doit améliorer les choses ! »

Ces outils, un de nos témoins dit les trouver dans le cadre des épreuves externes non certificatives. « J’y accorde beaucoup plus d’importance qu’à une enquête internationale qui compare des systèmes très différents… » Son directeur confirme, et incite d’ailleurs son équipe à s’intéresser à ces épreuves externes. Facile ? « Je crois que oui à partir du moment où on explique qu’elles permettent de sortir de sa pratique, de voir par rapport au programme si le travail fait avec les élèves correspond à une évaluation normale ».

Déconnectée des pratiques de classe et des conditions de travail, maladroitement résumée à une mauvaise note, l’enquête PISA ne récolterait-elle qu’indifférence ou irritation ? Pas si sûr. « Moi, dans les cours que je donne dans le cadre du CAP, je me sers de PISA pour attirer l’attention des futurs enseignants sur notre système d’évaluation, qui produit beaucoup trop d’échecs », indique un de nos interlocuteurs. Mais comme le souligne Xavier Pons dans un article intitulé « Qu’apprend-on vraiment de PISA ?» (1), « la présence d’une enquête internationale, aussi utile soit-elle, ne suffit pas à susciter un apprentissage politique de la part des acteurs de l’éducation. Pour cela, il semble nécessaire qu’un espace commun de questionnement et d’explication se construise autour de cet instrument de régulation… »

(1) PONS X., « Qu'apprend-on vraiment de PISA? Sociologie de la réception d'une enquête internationale dans trois pays européens (2001-2008) », dans Revue Internationale d'éducation, éd. Centre international d'études pédagogiques, Sèvres, septembre 2010, pp.51-59.