banner du site

Menu Enseignement.be

 

ATTENTION: cette page est désactivée et n'est pas visible par les internautes.
Toutefois, vous pouvez la voir car vous êtes connecté à l'intranet de la Fédération Wallonie Bruxelles.

ATTENTION: cette page est visible uniquement depuis l'intranet de la Fédération Wallonie Bruxelles.

ATTENTION: cette page n'est normalement plus visible du tout.

ATTENTION: cette page n'est plus visible du tout depuis le 31-12-9999 à 00:00.

ATTENTION: cette page ne sera visible qu'à partir du 14-04-2022 à 00:00.

Principes et déontologie

 

 

Le médiateur scolaire est avant tout une ressource au service du dialogue. Dans ses interventions, il respecte les 5 grands principes déontologiques suivants :

 

 

> indépendance

> respect du secret professionnel

> liberté du demandeur

> neutralité

> collaboration

 

 

1. L'indépendance


Le médiateur scolaire est un tiers : il est indépendant de l'école à laquelle il est affecté.

Quelle que soit la forme que prend son travail, le médiateur est attentif à être identifié comme tiers en assumant son indépendance et sa neutralité ainsi que la confidentialité de la teneur de son travail. Ces principes éthiques lui permettent de construire le climat de confiance nécessaire au processus de médiation.  

 

 

• • • • •

 

 

 

2. Le respect du secret professionnel


Son bureau est un lieu d’accueil et de confidentialité. Il propose à ceux qui le souhaitent un espace de dialogue où il joue un rôle de facilitateur.

Le contenu de la rencontre est secret. Le médiateur est soumis au secret professionnel. S’il est convaincu qu’il est nécessaire de communiquer certaines choses à d’autres personnes, il en demandera préalablement l’autorisation aux personnes concernées.  

 

 

 

• • • • •

 

 

 

3. Le demandeur est libre de faire appel au médiateur


Toute personne est libre de s’adresser au médiateur ou non. Toute personne est libre également d’accepter ou de refuser une proposition de médiation. De même, le médiateur est libre de recevoir chacun sans contrainte.

Le médiateur peut être amené à refuser de traiter une question ou une situation quand elle ne relève pas de sa fonction. Il peut refuser ou interrompre une médiation s’il estime que cette rencontre ne se présente pas ou ne se déroule pas dans l’esprit de la médiation.  

 

 

 

• • • • •

 

 

 

4. Le médiateur ne prend pas position


Le médiateur ne se substitue pas aux acteurs de l’école (enseignants, éducateurs, direction) ni à l’équipe du CPMS (assistant-e social-e, psychologue, infirmi-er-ère).

Lorsque deux (ou plusieurs) personnes choisissent de se faire aider par le médiateur pour résoudre un différend, celui-ci est impartial (ou multi-partial). Il n’est ni pour l’un, ni pour l’autre.

Le service ne peut travailler les demandes entre adultes de l’école. Par contre, il pourra leur communiquer les coordonnées d’autres professionnels assurant ce service.

Il ne porte pas de jugement sur les actes et les paroles prononcées en médiation.  

 

 

 

• • • • •

 

 

 

5. Les demandeurs construisent ensemble une solution avec le médiateur


Lors des discussions, il encourage les personnes en conflit à faire des efforts mutuels d’écoute et à éviter de prononcer des paroles inutilement blessantes.

Son rôle est de rassurer, de veiller à l’écoute et à la reconnaissance mutuelle dans un climat sécurisant. Il n’apporte pas de solution toute faite et met tout en œuvre pour que les personnes trouvent elles-mêmes une solution ou un accord qui leur parait juste.

Chaque personne peut à tout moment se retirer de la médiation.  

 

 

 

 

 

logo infos coronavirus
logo infos coronavirus
logo infos Ukraine
logo du site Mon Espace
logo du pacte d'excellence
logo FAQ+
logo des annuaires scolaires
logo espace enseignant
logo des communiques de presse
logo du magazine PROF