banner du site

Menu Enseignement.be

logo infos coronavirus
logo infos coronavirus
logo du site Mon Espace
logo du pacte d'excellence
logo du PECA
logo FAQ+
logo des annuaires scolaires
logo espace enseignant
logo des communiques de presse
logo du magazine PROF
 

ATTENTION: cette page est désactivée et n'est pas visible par les internautes.
Toutefois, vous pouvez la voir car vous êtes connecté à l'intranet de la Fédération Wallonie Bruxelles.

ATTENTION: cette page est visible uniquement depuis l'intranet de la Fédération Wallonie Bruxelles.

ATTENTION: cette page n'est normalement plus visible du tout.

ATTENTION: cette page n'est plus visible du tout depuis le 31-12-9999 à 00:00.

ATTENTION: cette page ne sera visible qu'à partir du 17-12-2014 à 00:00.

Magazine PROF n°11

 


Tableau de bord 

Éducation, recherche et formation mobilisent près de 7 milliards d’euros

Article publié le 01 / 09 / 2011.

Un peu moins de 75% des dépenses inscrites au budget 2011 de la Fédération Wallonie-Bruxelles vont au secteur de l’éducation-recherche-formation. Soit 6,8 milliards d’euros, dont 6,2 dédiés à l’enseignement.

Depuis 1989, le secteur Éducation-recherche-formation mobilise entre 70% (en 2003) et 79% (1990 à 1993) des dépenses inscrites aux budgets de l’actuelle Fédération Wallonie-Bruxelles. L’ajustement budgétaire arrêté cet été a porté ce montant à 6,860 milliards d’euros, soit quelque 74% des dépenses fixées à 9,222 milliards.

Comme on a pu le lire dans une précédente édition (1), cette somme ne constitue pas la totalité des dépenses que les pouvoirs publics consacrent à l’enseignement. Il s’agit ici uniquement des dépenses à charge du budget de la Fédération Wallonie-Bruxelles.

Dans cette enveloppe « Éducation-recherche-formation », l’enseignement « stricto sensu » représente 93% du total, soit 6,276 milliards d’euros au budget initial 2011. L’enseignement fondamental y compte pour un peu moins de 30% (20,55% en primaire et 8,76% en maternel). On notera que depuis 1989, la part du fondamental n’a cessé de croitre, passant d’un peu moins de 25% à 29,31% en 2011. À l’inverse, les sommes dédicacées au secondaire représentaient 47,12% du budget « enseignement » en 1989, et 40% aujourd’hui. Bien entendu, en valeurs absolues, à l’exception des années ’96 à ’99, ces montants ont augmenté.

L’’enseignement spécialisé représente aujourd’hui 7,32% des dépenses d’enseignement, le supérieur non universitaire 6,87%, l’universitaire 10,56%, l’enseignement de promotion sociale 3,34%, l’artistique 2,57%, et l’enseignement à distance 0,05%.

Les sept autres pourcents de dépenses affectées à l’enveloppe « Éducation-recherche-formation », soit quelque 600 millions d’euros, se répartissent notamment entre centres PMS, bâtiments scolaires, recherche scientifique, allocations et prêts d’études.

Près de 85% de l’ensemble des dépenses d’enseignement à charge de la Fédération Wallonie-Bruxelles sont affectées aux traitements des personnels (2). Ainsi, sur les quelque 5,3 milliards d’euros inscrits au budget initial 2011 pour l’enseignement obligatoire, 4,556 milliards sont destinés aux rémunérations, soit 86%. Un montant en augmentation de 2,75% par rapport au budget initial 2010, apprend-on de l’exposé général du budget, qui présente également l’évolution de ces montants depuis plus de vingt ans...

D. C.

(1) Numéro 8, décembre 2010, en page 39.
(2) Les Indicateurs de l’enseignement, éd. 2010, p. 14 et 15. http://www.enseignement.be/indicateursenseignement
 

Moteur de recherche

La dernière édition

Toutes les éditions

Retrouvez toutes les éditions de PROF.

Tous les dossiers

Retrouvez également tous les dossiers de PROF regroupés en une seule page !