banner du site

Menu Enseignement.be

logo infos coronavirus
logo infos coronavirus
logo du site Mon Espace
logo du pacte d'excellence
logo du PECA
logo FAQ+
logo des annuaires scolaires
logo espace enseignant
logo des communiques de presse
logo du magazine PROF
 

ATTENTION: cette page est désactivée et n'est pas visible par les internautes.
Toutefois, vous pouvez la voir car vous êtes connecté à l'intranet de la Fédération Wallonie Bruxelles.

ATTENTION: cette page est visible uniquement depuis l'intranet de la Fédération Wallonie Bruxelles.

ATTENTION: cette page n'est normalement plus visible du tout.

ATTENTION: cette page n'est plus visible du tout depuis le 31-12-9999 à 00:00.

ATTENTION: cette page ne sera visible qu'à partir du 17-12-2014 à 00:00.

Magazine PROF n°11

 


L'info 

Les jeux olympiques de la science

Article publié le 01 / 09 / 2011.

Depuis vingt ans, l’Association des professeurs de biologie (Probio), l’Association des chimistes sortis de l'Université de Liège (ACLg) et l’Association belge des professeurs de physique et de chimie (ABBPC) organisent des olympiades de biologie, de chimie et de physique, à l’attention du 3e degré du secondaire (1). Après trois épreuves ouvertes aux élèves de la Fédération Wallonie-Bruxelles et de la Communauté germanophone, les meilleurs dans chaque discipline peuvent participer à des compétitions internationales.

Une soixantaine des 2 600 participants à la dernière édition ont été récompensés, parmi lesquels deux élèves de l’Athénée royal de Visé. « Dès le début de l’année, nous invitons les élèves à participer à ce concours et nous réunissons les volontaires durant le temps de midi, expliquent Isabelle Lemaire (qui enseigne la chimie), Véronique Keuser et Myriam Verbert (biologie). Nous travaillons sur la base du questionnaire de l’année précédente. Nous répondons à leurs questions, nous les encourageons et remotivons si nécessaire ».

L’épreuve de qualification se déroulant en janvier, il faut anticiper des matières étudiées plus tard dans l’année. Élitistes, ces olympiades ? Nos interlocutrices s’en défendent : les élèves, tous bienvenus, viennent par curiosité et, au fil des semaines, se piquent au jeu. Même écho chez Gérard Cobut, de Probio : « Il ne s’agit plus, à l’instar de nombreuses initiatives proposées dans le fondamental, de sensibiliser les élèves aux sciences. Nous proposons à ces élèves de mesurer leur potentiel par rapport aux jeunes de leur âge et, en cas de réussite de la première épreuve, de tenter d’aller jusqu’au bout ».

De quoi titiller l’intérêt des jeunes pour les sciences ? Réaction mitigée des enseignantes : les options scientifiques conservent une réputation de filière ardue. Les olympiades permettent plutôt à certains élèves de (ré)orienter leur choix d’études supérieures. Notamment grâce à la formation scientifique complémentaire proposée durant les vacances de Pâques aux candidats qui ont passé le cap de la deuxième épreuve, et assurée par des chercheurs, doctorants et enseignants en milieu universitaire.

C. M.

(1) http://www.olympiades.be

Moteur de recherche

La dernière édition

Toutes les éditions

Retrouvez toutes les éditions de PROF.

Tous les dossiers

Retrouvez également tous les dossiers de PROF regroupés en une seule page !