logo infos coronavirus
logo infos coronavirus
logo infos Ukraine
logo du site Mon Espace
logo du pacte d'excellence
logo FAQ+
logo des annuaires scolaires
logo espace enseignant
logo des communiques de presse
logo du magazine PROF
 

ATTENTION: cette page est désactivée et n'est pas visible par les internautes.
Toutefois, vous pouvez la voir car vous êtes connecté à l'intranet de la Fédération Wallonie Bruxelles.

ATTENTION: cette page est visible uniquement depuis l'intranet de la Fédération Wallonie Bruxelles.

ATTENTION: cette page n'est normalement plus visible du tout.

ATTENTION: cette page n'est plus visible du tout depuis le 31-12-9999 à 00:00.

ATTENTION: cette page ne sera visible qu'à partir du 17-12-2014 à 00:00.

Magazine PROF n°6

 

A votre service 

Des outils d’évaluation aux épreuves de qualification… ?

Article publié le 01 / 06 / 2010.

Dès septembre, les épreuves de qualification seront obligatoires en 5e et 7(1). Dans une perspective analogue à celle qui a guidé l’élaboration des outils d’évaluation déjà disponibles.

Parmi les dispositifs destinés à améliorer l’image et l’efficience de l’enseignement qualifiant figure le décret du 26 mars 2009 « renforçant le caractère obligatoire des épreuves de qualification ». On y lit que « ces épreuves de qualification sanctionnent l’ensemble des compétences du profil de formation » et « doivent permettre de vérifier la capacité de l'élève de mobiliser les compétences acquises que ce soit à travers une épreuve intégrée et/ou la réalisation d'un travail ». À charge pour les pouvoirs organisateurs d’articuler ces épreuves au CESS et au CE6P et d’en définir les modalités.

Cette philosophie était déjà celle des outils d’évaluation produits depuis 2004 et disponibles certes pas encore pour tous les profils, mais au moins dans tous les secteurs (2). Axés sur des situations proches de la réalité professionnelle, ils sont basés sur les profils de formation. Car même si les enseignants sont « tenus » par les programmes de leur réseau, l’évaluation certificative des élèves se base sur ces profils communs.

S’emparer de ces outils suppose d’entrer dans leur logique d’interdisciplinarité. « On ne voit pas comment un enseignant en techniques de bureau par exemple pourrait envisager de mettre un élève en situation en ne tenant compte que de contenus strictement liés au cours de bureautique, note Mary Scheuren, qui coordonne l’élaboration de ces outils au sein de l’Agers. Toute situation professionnelle mettra aussi en œuvre des compétences en communication orale ou écrite, en comptabilité ou peut-être encore en langues. Pour qu’une situation soit vraisemblable, elle doit inévitablement concerner des disciplines différentes. C’est pourquoi on recommande aux enseignants d’envisager la question avec leur chef d’atelier ou leur direction. Ces moments d’interdisciplinarité n’empêchent pas d’avancer dans les formations disciplinaires ».

Il s’agit aussi d’entrer dans une dynamique : comme il était impossible de développer simultanément des outils pour chaque profil, les groupes de travail mis en place ont développé un canevas dont peuvent s’inspirer les équipes. Le profil est découpé en familles de situations, correspondant à des ensembles articulés de compétences. Sur cette base, l’élève reçoit un énoncé, que l’enseignant peut changer en modifiant des variables. Il reçoit les consignes et la liste du matériel nécessaire. L’outil propose une grille d’évaluation contenant des critères et des indicateurs ainsi que plusieurs pondérations possibles. Actuellement, il existe septante-sept outils basés sur trente-sept profils de formation.

Didier CATTEAU

(1) Pour les élèves inscrits en 5e et en 7e en septembre 2010, pour tous l’année suivante.
(2) http://www.enseignement.be/index.php?page=26167&navi=1809

Moteur de recherche

La dernière édition

Toutes les éditions

Retrouvez toutes les éditions de PROF.

Tous les dossiers

Retrouvez également tous les dossiers de PROF regroupés en une seule page !