banner du site

Menu Enseignement.be

logo infos coronavirus
logo infos coronavirus
logo du site Mon Espace
logo du pacte d'excellence
logo du PECA
logo FAQ+
logo des annuaires scolaires
logo espace enseignant
logo des communiques de presse
logo du magazine PROF
 

ATTENTION: cette page est désactivée et n'est pas visible par les internautes.
Toutefois, vous pouvez la voir car vous êtes connecté à l'intranet de la Fédération Wallonie Bruxelles.

ATTENTION: cette page est visible uniquement depuis l'intranet de la Fédération Wallonie Bruxelles.

ATTENTION: cette page n'est normalement plus visible du tout.

ATTENTION: cette page n'est plus visible du tout depuis le 31-12-9999 à 00:00.

ATTENTION: cette page ne sera visible qu'à partir du 17-12-2014 à 00:00.

Magazine PROF n°51

 


Dossier Rentrée 2021

Parcours d’éducation culturelle et artistique - Les fondations sont là, il reste à construire…

Article publié le 13 / 09 / 2021.

Les opérateurs culturels sont prêts à coordonner leurs actions vers les écoles. Les référents culturels engagés par les réseaux sont prêts à aider les enseignants dans leurs projets. Les fondations du PECA sont jetées. Après le maternel, il concernera le primaire dès cette année.

© PECA/FWB

Projet du Pacte pour un Enseignement d’excellence, le Parcours d’éducation culturelle et artistique (PECA) se déploie progressivement. Initié au maternel depuis la rentrée 2020, il touchera le début de l’enseignement primaire en cours d’année 2021- 2022, et concernera tout le tronc commun en 2030-2031.

Le PECA s’appuie sur plusieurs éléments : le référentiel de l’éducation artistique et culturelle, les « consortiums » d’opérateurs culturels désignés dans chacune des dix zones d’enseignement et les « référents culturels » engagés au sein des réseaux d’enseignement.

Se basant sur le référentiel de l’éducation culturelle et artistique, les enseignants ont à identifier les contenus et objectifs fondamentaux de ce cursus, à encourager le développement de compétences transversales, à fournir des illustrations en matière d’art et de création culturelle, mais aussi à opérer des croisements entre disciplines.

Les consortiums d’opérateurs culturels, actifs depuis fin 2020 dans les dix zones d’enseignement, s’emploient à coordonner l’offre destinée aux publics scolaires, à stimuler (y compris en les finançant) l’émergence de projets PECA et à faciliter leur mise en place au sein des écoles. Ils sont également chargés de créer dans chaque zone une « plateforme PECA ». Ils ont déjà commencé à mobiliser les acteurs culturels comme développé ci-dessous.

Des référents culturels au sein des réseaux

Les référents culturels engagés au sein des réseaux (25 actuellement et 40 à terme) siègeront au sein de ces plateformes et seront les interfaces entre opérateurs culturels et monde scolaire. Emmanuelle Detry, coordinatrice des référents culturels au sein du SeGEC, nous explique leur rôle dans le descriptif présenté dans l’encadré ci-dessous. Les référents culturels seront en contact privilégié avec les enseignants impliqués dans les projets et avec ceux qui, sur base volontaire, sont ou seront les « relais PECA » auprès des écoles de leur ressort.

« Il y a un formidable enjeu de décloisonnement, souligne Mme Detry : à la fois entre l’école et le monde culturel et entre les matières, parce que le PECA concerne toutes les matières et multiplie les portes d’entrée des apprentissages. Ça va pouvoir s’implanter chez tous les enseignants : qu’ils se sentent tous concernés par le PECA ! Ce sera un des rôles des référents culturels, qui devront pointer les points d’accroche avec le PECA dans les domaines d’apprentissage, et aideront les enseignants à les activer, à y voir un intérêt réel. »

L’ossature du PECA se met donc en place. Il reste maintenant à faire vivre ce parcours d’éducation culturelle et artistique souhaité pour chaque enfant et ado passant par le tronc commun. Avec comme priorité, du côté du Ministère, de toucher les écoles qui, pour une raison ou une autre, ont peu l’occasion de faire gouter à leurs élèves les richesses de la création.

Saisir la balle au bond

Un « cadastre » a donc été établi par l’Administration, sur base de la participation récente des écoles à des projets culturels subsidiés par la Fédération Wallonie-Bruxelles, comme les résidences d’artistes par exemple. Un cadastre à prendre avec des pincettes, des enseignants et leurs classes pouvant être très actifs en matière artistique et culturelle en-dehors du cadre de ces projets. Mais il pourra aider les plateformes PECA dans leurs prochaines orientations…

Pour aider les enseignants à se lancer dans l’aventure, la Fédération Wallonie-Bruxelles propose trois projets-pilotes (voir ci-dessous). Par ailleurs, nos lecteurs trouveront des informations sur plusieurs projets « estampillés » PECA, sur la Boite à outils Culture qui sera diffusée en octobre), et sur le Centre de documentation PECA qui, entre autres fonctionnalités, recense les opérateurs culturels/artistiques par domaine artistique, type d’opérateur, province et localité.

Par ailleurs, la page Facebook du PECA présente les dernières actualités et relaie des vidéos de pratiques inspirantes identifiées dans les écoles.

Didier CATTEAU

Références et outils

Boite à outils Culture

L’équipe chargée du PECA à la Fédération Wallonie-Bruxelles finalisera cet automne une réédition augmentée de la Boite à outils Culture, qui présentera 34 outils pédagogiques permettant de mener des projets artistiques ou culturels.

Elle sera téléchargeable via www.culture.be.

Centre documentaire

Le Centre documentaire du PECA présente un répertoire des opérateurs culturels, une liste des écoles de Fédération Wallonie-Bruxelles, des ressources et informations pratiques, ainsi que des exemples de projets inspirants illustrant la diversité culturelle et artistique. Ses fonctionnalités sont détaillées sur la vidéo accessible via https://youtu.be/4n2Laui9Cu8. Il sera peu à peu doté d’une dimension plus interactive facilitant le croisement de l’offre culturelle et de la recherche d’activités.

Vitrine « chanson et musique »

Organisée par la Direction de la Diffusion de l’Administration générale de la Culture, la Vitrine Chanson et Musique jeune public (4 au 6 octobre, à Bruxelles) promeut des spectacles de chanteurs ou musiciens soutenus par la Fédération Wallonie-Bruxelles. Elle permet de découvrir en avant-première des spectacles aidés financièrement dans le cadre du programme Spectacles à l’école. Inscriptions gratuites (sur réservations via elias.jenkins@cfwb.be).

Estampillé PECA

Les circulaires 8223 et 8224 évoquent en détail deux opérations de la Cellule Culture-Enseignement estampillées PECA. Mon Patrimoine Revisité, destinée aux classes de 1re à la 3e primaire, est une collaboration avec des musées et centres culturels. Créa-lisons s’adresse aux classes de 3e maternelle et 1re primaire et se centre sur le livre.

D.C.

Trois projets-pilotes, pour se lancer

Pour les aider à se lancer, trois propositions sont faites aux établissements organisant de l’enseignement maternel et/ou primaire, ou secondaire artistique à horaire réduit. Il s’agit de construire un projet PECA conjointement avec un opérateur culturel/un artiste de leur zone d’enseignement.

Les subventions seront prioritairement accordées aux écoles considérées en « zone blanche », soit celles qui ont été identifiées comme n’ayant pas bénéficié d’une activité culturelle subventionnée par la Fédération Wallonie-Bruxelles au cours des deux dernières années scolaires.

Le PECA s’implémentant progressivement, une seconde priorité sera accordée aux projets visant des classes allant de la maternelle (y compris classe d’accueil) à la 3e primaire.

Par essais et bonheurs

Le projet Par essais et bonheurs vise l’organisation d’activités mettant les élèves en contact avec des expressions ou productions artistiques/ culturelles variées, dans une optique de sensibilisation, d’initiation ou de pratique active. Des croisements avec les disciplines scolaires sont recommandés, de même que la multidisciplinarité. Les activités seront menées de janvier à juin 2022, durant le temps scolaire, et seront le fruit d’une collaboration entre une école, un opérateur culturel et le consortium de la zone d’enseignement.

Animatik’Art

Le projet Animatik’Art, quant à lui, vise l’organisation d’activités mettant les élèves en contact avec des expressions ou productions relevant de la danse, de l’expression corporelle ou des arts circassiens. Il s’agit de valoriser le corps comme vecteur de créativité, de travailler sur l’ancrage corporel, le mouvement, le rythme, l’écoute et le respect de soi et des autres, le bien-être, la cohésion de groupe…

Il s’adresse particulièrement, mais pas exclusivement aux classes de maternelle. Là aussi, le calendrier prévoit des activités de janvier à juin 2022, également en collaboration.

Patchwork

Le troisième cadre dans lequel inscrire son projet PECA a été baptisé Patchwork. Il concerne les quatre domaines artistiques enseignés dans les académies : musique, danse, arts de la parole, arts plastiques. Les projets peuvent toucher à ces domaines de manière concomitante ou isolément, mais la multidisciplinarité est à privilégier. Ces projets sont à construire entre une école et un binôme constitué soit d’un enseignant d’académie et d’un opérateur culturel ou artiste, soit de deux professeurs issus d’académie(s), chaque fois avec accompagnement du consortium de la zone territoriale de son école. Il s’agira là de prévoir une activité unique d’une durée de deux heures comportant nécessairement une dimension pratique.

Candidatures à rentrer pour le 1er octobre pour les deux premiers projets pilotes et pour le 1er décembre pour Patchwork. Les détails dans la circulaire 8219.

D. C.

Moteur de recherche

La dernière édition

Toutes les éditions

Retrouvez toutes les éditions de PROF.

Tous les dossiers

Retrouvez également tous les dossiers de PROF regroupés en une seule page !