Enseignement.be - Magazine PROF n°42

banner du site

Menu Enseignement.be

logo des recours FAQ CEB CE1D CESS
logo du site Mon Espace
logo du pacte d'excellence
logo FAQ+
logo des annuaires scolaires
logo espace enseignant
logo des communiques de presse
logo du magazine PROF
 

ATTENTION: cette page est désactivée et n'est pas visible par les internautes.
Toutefois, vous pouvez la voir car vous êtes connecté à l'intranet de la Fédération Wallonie Bruxelles.

ATTENTION: cette page est visible uniquement depuis l'intranet de la Fédération Wallonie Bruxelles.

ATTENTION: cette page n'est normalement plus visible du tout.

ATTENTION: cette page n'est plus visible du tout depuis le 31-12-9999 à 00:00.

ATTENTION: cette page ne sera visible qu'à partir du 17-12-2014 à 00:00.

Magazine PROF n°42

 


L'info 

Prix Reine Paola 2018-2019 :
les lauréats pour la Fédération Wallonie-Bruxelles

Article publié le 23 / 07 / 2019.

Les Prix Reine Paola pour l’enseignement ont été remis le 22 mai 2019, notamment à trois lauréats francophones.

Le Prix Reine Paola pour l’enseignement récompense chaque année des enseignants des trois Communautés du pays ayant mené des projets pédagogiques créatifs et innovants exemplaires. En 2018-2019, il était réservé aux enseignants du secondaire (le Prix est organisé selon un cycle de trois ans - lire « Principes et calendrier » http://enseignement.be/index.php?page=27203&id=2800&check=DFMODJJSAO). Les lauréats sont connus depuis le 22 mai 2019. Ils sont présentés dans une brochure disponible sur le site de la Fondation Reine Paola (http://www.sk-fr-paola.be/fr/page/laureats-prix-reine-paola-pour-lenseignement-2018-2019). Parmi eux, on recense trois lauréats francophones. Les participants à un projet pédagogique de l’École hôtelière de l’Institut Notre-Dame à Heusy ont remporté le titre de premier lauréat. Les deuxième et troisième prix ont été respectivement remis à Alix Longlez, professeure à l’Institut Les Ursulines - La Madeleine à Tournai et à l’équipe enseignante de l’Institut Communal Marius Renard à Anderlecht.

Les lauréats de l'Institut Notre-Dame à Heusy entourent la Reine Paola.
Les lauréats de l'Institut Notre-Dame à Heusy entourent la Reine Paola.
© Institut Notre-Dame à Heusy

Un examen de qualification…

Pour obtenir leur certificat de qualification, les élèves de 6e année restaurateur de l’École hôtelière de l’Institut Notre-Dame à Heusy ont été invités à réaliser chacun une recette qui met en valeur un produit de leur région, mais aussi à la présenter dans le cadre d’un livre de recettes.

Dans le contexte scolaire, l’examen de qualification reste un examen… que les élèves préparent souvent comme tout examen. Ici, les élèves ont été acteurs de leur apprentissage, finalisé par un objet concret, le livre de recettes, à la suite d’un processus qui a tenu compte de leurs questions, des contraintes techniques de l’épreuve, de leurs rencontres et des partenariats qu’ils ont établis avec des producteurs.

En effet, les élèves ont d’abord rencontré des producteurs, sur le terrain. Ils ont vu et touché les produits qu’ils allaient travailler. Chacun a sélectionné un produit et un producteur et a créé une recette autour de ce binôme. Avec l’aide de ses condisciples mais aussi des maitres de stage, parmi lesquels on compte des chefs prestigieux, chacun a retravaillé la sienne et l’a affinée pour arriver au meilleur niveau dans le respect du produit et du producteur.

Ces recettes, ils les ont présentées par écrit, dans un livre. « Les compétences de présentation et d’écriture ne sont pas les premières des élèves de professionnel, explique Simon-Pierre Baiwir, le directeur. Ils les ont maitrisées avec brio ».

De plus, ce projet a touché d’autres sections. Dans une région transfrontalière, on parle plusieurs langues. Avec leurs professeurs de langue, les élèves de 6e générale ont traduit les textes en néerlandais, allemand, anglais. « Avec quelques petits problèmes de compréhension, explique David Piters, professeur de langues modernes. Certains mots comme glacé et thermoplongeur, par exemple, font partie d’un vocabulaire spécifique de l’hôtellerie. Les élèves ont ainsi découvert certains dessous du monde de la restauration ». Par ailleurs, c’est la section infographisme de l’École Saint-Luc à Liège qui a réalisé la mise en page et l’édition de l’ouvrage.

Des recettes présentées dans un bel écrin.
Des recettes présentées dans un bel écrin.

… et une expérience de vie

Ainsi, « les restaurateurs ont travaillé dans une dynamique entrepreneuriale, poursuit M. Baiwir. Ils ne se sont pas contentés de cuisiner et servir un plat, mais ils ont fait face à des responsabilités plus diverses et ont accompagné un produit, du producteur à l’assiette ».

Et la cheffe d’atelier Marianne Remacle d’ajouter : « Ce projet a fédéré professeurs et élèves. Et les premiers sont fiers de dire que tous leurs élèves ont réussi. Ils se sont engagés corps et âmes dans la création de ce menu de qualification. Cette épreuve n’était plus un examen, c’était l’aboutissement d’un travail technique, créatif et surtout humain d’une année. Ce n’était plus un examen, c’était une expérience de vie ».

La « classe atelier » d’histoire-géographie

La 2e lauréate, Alix Longlez, a développé un nouveau projet de classe dédié à l’étude du milieu (EDM) au sein de l’Institut des Ursulines à Tournai. Elle voulait ainsi répondre à l’hétérogénéité des classes du 1er degré du secondaire. Elle donne ses cours dans un local spécifique, permettant aux élèves d’évoluer dans un espace modulable, avec des outils numériques et une palette de matériel didactique à leur disposition.

Où l’enseignante dit avoir pu concrétiser ce à quoi elle rêvait : « Créer une classe atelier flexible où tout devient possible. Un atelier divisé en espaces de travail diversifiés pour vivre la différenciation pédagogique au travers d’une pédagogie positive, innovante et mobilisatrice développant le plaisir d’apprendre. Solliciter les intelligences multiples, favoriser la coopération entre élèves, développer la confiance en soi et l’autonomie. Permettre la remédiation pour certains et le dépassement pour d’autres ».

La classe atelier d’EDM fonctionne suivant ces principes depuis septembre 2018, après la mise en place de multiples pratiques pédagogiques ponctuelles et le feu vert donné par l’établissement pour la recevoir dans un cadre propice.

Les possibilités de travail y sont nombreuses (voir à ce sujet un reportage de Notélé : https://www.notele.be/it9-media65385-alix-longlez-enseignante-des-ursulines-recoit-le-2e-prix-reine-paola.html) : découvrir un nouveau point de matière par la recherche, l’expérimentation, la réflexion ; consolider une théorie étudiée précédemment ou travailler les compétences par la réalisation de tâches. Et le but évident : favoriser la réussite de toutes et tous.

Une école centenaire

Le 3e Prix a été attribué à l’Institut communal Marius Renard. Cette école, implantée près de la gare du Midi à Bruxelles, accueille, depuis 100 ans aujourd’hui, des élèves issus des différentes immigrations en Belgique.

Au travers de ce constat, les enseignants de cette école d’Anderlecht ont parcouru avec les élèves l’histoire de ces vagues successives et tenté de répondre, ensemble, à des questions philosophiques à la fois fondamentales et simples : Qui suis-je ? (présent), D’où est-ce que je viens ? (passé), Où vais-je ? (futur).

Ces trois interrogations ont été travaillées à l’appui de toutes les matières, du point du vue des savoirs et de l’information. Et elles ont stimulé la créativité des élèves par l’écriture, le dessin, la peinture, la musique…

Les activités, qui se sont étalées sur deux années scolaires, ont notamment permis la réalisation d’un film de témoignages des élèves et d’une exposition, l’organisation de visites-promenades à la découverte des différents quartiers d’Anderlecht et le puzzle de ses immigrations, ou deux représentations de la pièce Moutoufs de Kholektif Zouf et Jasmina Douieb (http://www.adlibdiffusion.be/?sp=MTF). Ces moments marquant de la vie de l’école se clôturent, en octobre, par un souper multiculturel avec l’équipe éducative, les élèves de l’école et leurs parents.

Patrick DELMÉE
Monica GLINEUR

Prix Reine Paola : principes et calendrier

Le Prix Reine Paola pour l’enseignement récompense chaque année des enseignants qui ont excellé dans leur profession http://www.sk-fr-paola.be/fr/page/prix-reine-paola-pour-l-enseignement.

Les premiers prix ont dans chaque Communauté une valeur de 6 500 € et les deux accessits s’élèvent à 4 000 € et 2 500 €. Chaque prix est attribué aux enseignants lauréats à titre personnel et leur est remis par S.M. la Reine Paola lors d’une cérémonie officielle.

Le cycle du prix est de trois ans. Il s’adresse la première année aux enseignants du fondamental, l’année suivante à ceux du secondaire. Un Prix scientifique est organisé la troisième année à l’attention des enseignants du primaire et du secondaire, ainsi qu’un Prix pour des projets extrascolaires.

Édition 2019-2020

Le Prix 2019-2020 sera lancé début octobre et la clôture des inscriptions est fixée au 31 janvier 2020.

Il récompensera 2 types de projets. Le Prix « Sciences, Maths et techno, une clé pour notre avenir ! » s’adresse aux enseignants du fondamental ordinaire et du secondaire qui ont conçu un projet pédagogique qui rend les disciplines scientifiques plus attrayantes pour les élèves et qui éveillent leur intérêt pour les carrières scientifiques. Le Prix « Soutien extra-scolaire aux jeunes et à leur école » concerne, lui, les associations et personnes qui organisent des activités para-scolaires destinées à améliorer la scolarité et l’intégration des jeunes.

Moteur de recherche

La dernière édition

Toutes les éditions

Retrouvez toutes les éditions de PROF.

Tous les dossiers

Retrouvez également tous les dossiers de PROF regroupés en une seule page !