banner du site

Menu Enseignement.be

logo infos coronavirus
logo infos coronavirus
logo du site Mon Espace
logo du pacte d'excellence
logo du PECA
logo FAQ+
logo des annuaires scolaires
logo espace enseignant
logo des communiques de presse
logo du magazine PROF
 

ATTENTION: cette page est désactivée et n'est pas visible par les internautes.
Toutefois, vous pouvez la voir car vous êtes connecté à l'intranet de la Fédération Wallonie Bruxelles.

ATTENTION: cette page est visible uniquement depuis l'intranet de la Fédération Wallonie Bruxelles.

ATTENTION: cette page n'est normalement plus visible du tout.

ATTENTION: cette page n'est plus visible du tout depuis le 31-12-9999 à 00:00.

ATTENTION: cette page ne sera visible qu'à partir du 17-12-2014 à 00:00.

Magazine PROF n°36

 


A votre service 

Cinéastes en classe :
affuter le regard des jeunes

Article publié le 11 / 12 / 2017.

Une des classes de 5e secondaire de Dorian De Hulst a eu la chance de recevoir le réalisateur Laurent Scheid dans le cadre (nouveau) de Cinéastes en classe. Les élèves ont adoré !

Réalisateur de Tout va bien, que les élèves avaient visionné avant sa venue en classe, Laurent Scheid a été cuisiné durant deux heures sur son parcours, sur les métiers du cinéma, sur ses films, et singulièrement son court-métrage primé entre autres au Festival du film francophone (FIFF) de Namur et au Brussels Short Film Festival.

Pour le réalisateur, toucher les jeunes est fondamental. Pour la thématique de Tout va bien (l’enfermement, la prison), qui après sa carrière en salles, a beaucoup circulé dans les milieux associatifs et vient encore d’être programmé dans le cadre des Journées nationales de la prison. Mais aussi pour l’éducation des jeunes publics au cinéma et à l’image.

« En Belgique francophone, il y a beaucoup de films internationalement reconnus, mais peu de public, au contraire de la France, où le cinéma est le deuxième loisir, et où il y a beaucoup de programmes structurels en matière d’éducation au cinéma ».

Programmé dans de nombreux festivals, Tout va bien a fait l’objet de plusieurs séances scolaires lors de la Caravane du Court organisée en marge du FIFF. Mais c’est la première fois que le réalisateur était en classe, grâce à Cinéastes en classe (1). Et il a manifestement autant apprécié que les élèves.

La rencontre a permis de fissurer des idées reçues : « On ne travaille pas dans le cinéma pour gagner de l’argent ! » Laurent Scheid a surpris en détaillant précisément les coulisses de la production et du tournage d’un film. « Je commence à écrire un long métrage, a-t-il révélé, mais quand tu commences, tu n’es jamais sûr que ça se fera. Et si ça se fait, il faut compter un minimum de quatre ans ! »

Le personnage principal de son court-métrage se retrouve en cellule alors qu’il pensait que son rendez-vous en prison serait purement administratif… Pour vingt minutes de film, les élèves se sont rendu compte de l’immense travail de documentation et de préparation, en amont du tournage : rencontres, repérages, visites en prison,…

Bref, une rencontre riche qui modifiera sans doute le regard de quelques jeunes sur le septième art. Comme le fera peut-être l’opération 50/50 : Cinquante ans de cinéma belge, Cinquante ans de découvertes, qui se déroule jusque mi-juin 2018 (http://www.50cinquante.be).

D. C.

(1) http://www.audiovisuel.cfwb.be/index.php?id=15507 (audiovisuel@cfwb.be, 02 / 413 28 67)

Un parcours cinéma en sept chapitres

Le Conseil supérieur de l’éducation aux médias a publié Balises pour un itinéraire en éducation au cinéma tout au long de la vie, téléchargeable via http://www.csem.be/outils/brochures/csemle.

Pour les concepteurs de cette brochure, « comprendre qu’une fiction, qu’un documentaire, qu’un dessin animé sont avant tout des constructions combinant l’image animée et le son (le langage), avec un point de vue spécifique (celui de l’auteur) et lié au contexte historique, social, culturel et économique dans lequel il a été conçu, permet de donner un sens au film ».

Sept chapitres (selon l’âge) proposent vingt-six expériences cinématographiques, selon trois pôles : découvrir une diversité de films, dans des conditions de visionnement adaptées aux circonstances et à la qualité de l’œuvre ; analyser des films dans toutes leurs dimensions ; et mener des activités préparatoires à la réalisation d’un  film.

Pour chaque expérience, le document précise les buts à atteindre, des exemples d’activités et les compétences transversales/disciplinaires ou terminales qui y sont développées. Ressources techniques et prolongements créatifs permettent d’aller plus loin.

Moteur de recherche

La dernière édition

Toutes les éditions

Retrouvez toutes les éditions de PROF.

Tous les dossiers

Retrouvez également tous les dossiers de PROF regroupés en une seule page !