banner du site

Menu Enseignement.be

logo infos coronavirus
logo infos coronavirus
logo du site Mon Espace
logo du pacte d'excellence
logo du PECA
logo FAQ+
logo des annuaires scolaires
logo espace enseignant
logo des communiques de presse
logo du magazine PROF
 

ATTENTION: cette page est désactivée et n'est pas visible par les internautes.
Toutefois, vous pouvez la voir car vous êtes connecté à l'intranet de la Fédération Wallonie Bruxelles.

ATTENTION: cette page est visible uniquement depuis l'intranet de la Fédération Wallonie Bruxelles.

ATTENTION: cette page n'est normalement plus visible du tout.

ATTENTION: cette page n'est plus visible du tout depuis le 31-12-9999 à 00:00.

ATTENTION: cette page ne sera visible qu'à partir du 17-12-2014 à 00:00.

Magazine PROF n°31

 


L'info 

Stages en entreprises : l’offre s’élargit

Article publié le 01 / 09 / 2016.

Le but d’Entr’apprendre ? Réduire les fractures entre le monde de l’entreprise et des écoles. Le moyen ? Des stages en entreprises pour les enseignants. Troisième édition encore élargie.

En 2016-2017, des entreprises ouvriront de nouveau leurs portes à des chefs d’ateliers, enseignants, professeurs de cours généraux ou techniques, dans le cadre du projet Entr’apprendre, organisé par l’Institut de la Formation en cours de Carrière (IFC), la Fondation pour l’enseignement (FPE), les réseaux d'enseignement et leurs instituts de formation ainsi que des représentants de la Fédération Wallonie-Bruxelles et des entreprises participantes.

Une offre plus large

Cette année, les inscriptions démarrent dès septembre, toujours via l’IFC (1), avec une offre qui s’élargit. Huit entreprises en 2014-2015, seize l’année passée, dans des secteurs plus nombreux (industrie, économie et sciences appliquées), et « nous continuons sur cette lancée, déclare Olivier Remels, administrateur délégué de la FPE. En 2016-2017, notre offre s’élargit à vingt-six entreprises. Et nous nous ouvrons aux secteurs de la distribution, de la construction, du transport, via des entreprises de toute taille, avec une offre de métiers beaucoup plus étoffée ».

Parmi les nouveaux hôtes, l’entreprise de construction Malors, où travaille Anne Malet. Pour elle, « la formation est importante en soi pour notre personnel, ensuite par l’accueil de stagiaires, d’apprentis, et par la participation à des jurys de qualification. Ex-enseignante, je mesure la différence à combler entre notre réalité de terrain et la pratique des enseignants ». Vincent Lemaire, lui, est administrateur délégué de la société d’électricité André Lemaire, qui entre aussi dans Entr’apprendre cette année. « Faire venir des enseignants chez nous va permettre de les mettre plus au fait du quotidien de l’entreprise et ainsi peut-être contribuer à une amélioration qualitative de l’enseignement de notre métier ».

Ces entreprises rejoignent une équipe où presque tous les anciens rempilent. Selon Olivier Remels, « la plupart des entreprises déjà engagées nous restent fidèles et sont enthousiastes. Elles soulignent surtout le bon déroulement des stages, les contacts réalisés, la création d’espaces de confiance. Elles sont conscientes aussi de l’effet miroir pour leur personnel quant à l’accent mis sur la sécurité, la qualité, la productivité et l’amélioration de leurs procédures d’accueil ».

Un projet évolutif

Pour informer de cette offre et de son évolution, la FPE communique : « Nous avons réuni les chefs d’ateliers pour leur présenter Entr’apprendre ». De plus la FPE tient aussi à pérenniser les contacts entre stagiaires et entreprises : « Pour ce faire, nous sommes sur le point de mettre en place un intranet ».

Autre nouveauté, suite aux réactions exprimées lors du bilan de la première édition : l’immersion sera ouverte aux professeurs de cours généraux – ils pouvaient déjà participer à une étape d’observation –, pour leur permettre d’encore mieux comprendre les réalités de leurs collègues des cours techniques.

Patrick DELMÉE

(1) http://www.ifc.cfwb.be (profil « Membre d’un établissement scolaire », chapitre « formations spécifiques »)

Premier bilan

Un premier bilan de l’opération a conduit à quelques modifications, pour cette édition 2016-2017.

Selon Isabelle D’Hondt, responsable des formations collectives de l’Institut de formation en cours de carrière, les professeurs de cours généraux, satisfaits de la phase d’observation du stage, regrettaient de n’avoir pas pu vivre l’immersion avec leurs collègues des cours techniques et chefs d’atelier. Dorénavant, ils participeront au stage entier, les entreprises pouvant fusionner ces phases.

Leurs collègues auraient aimé toucher aux machines. Ce n’est pas possible, pour des raisons de sécurité et d’assurance. « Leur satisfaction est aussi globale. L’accueil des entreprises les a impressionnés », souligne Mme D’Hondt. Ils ont pu mettre à niveau certaines connaissances, mieux percevoir la réalité de l’entreprise, l’importance de la sécurité et du travail d’équipe. La plupart ont trouvé matière à transfert vers leurs collègues ou leurs élèves, via des réunions d’équipe pédagogique.

Enfin, « les entreprises sont enthousiastes. Les organisateurs, eux, se réjouissent des dialogues concrets entre écoles et entreprises. Ils élargissent leur offre, via plus de secteurs et de métiers, notamment en petites entreprises – un souhait des stagiaires ».

Moteur de recherche

La dernière édition

Toutes les éditions

Retrouvez toutes les éditions de PROF.

Tous les dossiers

Retrouvez également tous les dossiers de PROF regroupés en une seule page !