banner du site

Menu Enseignement.be

logo infos coronavirus
logo infos coronavirus
logo du site Mon Espace
logo du pacte d'excellence
logo du PECA
logo FAQ+
logo des annuaires scolaires
logo espace enseignant
logo des communiques de presse
logo du magazine PROF
 

ATTENTION: cette page est désactivée et n'est pas visible par les internautes.
Toutefois, vous pouvez la voir car vous êtes connecté à l'intranet de la Fédération Wallonie Bruxelles.

ATTENTION: cette page est visible uniquement depuis l'intranet de la Fédération Wallonie Bruxelles.

ATTENTION: cette page n'est normalement plus visible du tout.

ATTENTION: cette page n'est plus visible du tout depuis le 31-12-9999 à 00:00.

ATTENTION: cette page ne sera visible qu'à partir du 17-12-2014 à 00:00.

Magazine PROF n°25

 


Tableau de bord 

Redoublement et changement d’école

Article publié le 01 / 04 / 2015.

Quelque 7 % des écoliers et 14 % des élèves du secondaire ordinaire ont changé d’école entre 2012 et 2013, en plus des 2% qui ont aussi déménagé.

Depuis 2008, des dispositions décrétales visent à limiter les changements d’école au fondamental et au 1er degré du secondaire. Un des Indicateurs de l’enseignement (1) analyse la situation entre janvier 2012 et janvier 2013, dans l’enseignement ordinaire, exception faite de la 6e primaire.

En moyenne, en primaire et secondaire, deux élèves sur cent changent simultanément de domicile et d’école. En primaire, s’y ajoutent 7,1% d’écoliers qui, durant la période observée, ont changé d’établissement sans déménager.

En secondaire, les mouvements sont plus marqués. Au 1er degré, 17,3% d’élèves ont poursuivi leur scolarité en changeant d’école. Mais seulement 9,7% pour les élèves terminant une 1re commune et 36,2% pour ceux qui terminent une 2e complémentaire Au 2e degré, la moyenne (18,3%) ne varie pas tellement selon la forme : 16,2% dans le général, 19,9% en technique de transition. En 5e secondaire, 8,2% des élèves changent encore d’école.

Les auteurs des Indicateurs de l’enseignement ont analysé ces changements au regard des indices socioéconomiques des établissements d’origine et d’arrivée. En moyenne, les écoliers de primaire vont dans une école dont l’indice socioéconomique est plus élevé.

En secondaire, la situation est contrastée. Les élèves qui changent d’école Après une 1re ou une 2e différenciée, on se dirige vers un établissement à indice socioéconomique plus élevé. C’est l’inverse pour les élèves terminant une année commune ou complémentaire. Aux 2e et 3e degrés, le changement d’établissement s’effectue également vers un établissement d’indice socioéconomique plus faible. L’écart est le plus marqué pour les élèves de la section de transition.

Outre l’impact qu’ils peuvent avoir sur l’organisation des établissements, ces mouvements de population scolaire caractérisés par des parcours ascendants au primaire et descendants au secondaire, contribuent à la ségrégation des publics scolaires entre établissements.

L’analyse s’est aussi intéressée au taux de redoublement des élèves, selon qu’ils changent ou non d’établissement. Ici, on n’a pas tenu compte des élèves changeant d’école et de domicile. Le constat est sans appel : « si le redoublement n’est pas la seule cause des changements d’établissement, il semble toutefois en expliquer la plupart, particulièrement aux moments de début de cycle ou de degré ».

Didier CATTEAU

(1) http://www.enseignement.be/indicateursenseignement

Moteur de recherche

La dernière édition

Toutes les éditions

Retrouvez toutes les éditions de PROF.

Tous les dossiers

Retrouvez également tous les dossiers de PROF regroupés en une seule page !