banner du site

Menu Enseignement.be

logo infos coronavirus
logo infos coronavirus
logo du site Mon Espace
logo du pacte d'excellence
logo du PECA
logo FAQ+
logo des annuaires scolaires
logo espace enseignant
logo des communiques de presse
logo du magazine PROF
 

ATTENTION: cette page est désactivée et n'est pas visible par les internautes.
Toutefois, vous pouvez la voir car vous êtes connecté à l'intranet de la Fédération Wallonie Bruxelles.

ATTENTION: cette page est visible uniquement depuis l'intranet de la Fédération Wallonie Bruxelles.

ATTENTION: cette page n'est normalement plus visible du tout.

ATTENTION: cette page n'est plus visible du tout depuis le 31-12-9999 à 00:00.

ATTENTION: cette page ne sera visible qu'à partir du 17-12-2014 à 00:00.

Magazine PROF n°22

 


L'info 

Prix Paola pour l’enseignement : « Vivre les sciences »

Article publié le 01 / 06 / 2014.

Les Prix Paola pour l’enseignement sont allés à l’école communale d’Awan et à l’ASBL Hypothèse. Pour le soutien extrascolaire, il est allé à l’ASBL Entr’aide, de Jemappes.

Isabelle Farine est titulaire de la 6e primaire de l’école communale d’Awan, à Aywaille. Depuis quatre ans, l’ASBL Hypothèse accompagne les projets scientifiques de sa classe, qui se propagent à toute l’école.

Mme Isabelle Farine et ses élèves lors de la remise du Prix Paola.
Mme Isabelle Farine et ses élèves lors de la remise du Prix Paola.
© Marie-Noëlle Cruysmans

PROF : Qu’est-ce qui vous motive dans cette mobilisation autour des sciences ?
Isabelle Farine : Le plus important, c’est que les activités scientifiques dynamisent la classe. Les enfants sont plus motivés, et on s’amuse plus dans une clase où on « vit » les activités scientifiques. Cette dynamique rejaillit sur l’ambiance de la classe.

Une deuxième motivation, c’est que ces activités donnent du sens à d’autres disciplines. Les maths sont souvent sollicitées. Depuis que je mène ces projets, à chaque fois on a eu besoin des grandeurs proportionnelles. Les aborder à ce moment leur donne du sens, ce qui ne serait pas le cas si je donnais des exercices plus scolaires. C’est comme ça que je peux avoir l’adhésion de tous les enfants, et pas seulement de ceux qui n’ont pas de difficultés. On a aussi souvent besoin de calculer des moyennes, d’utiliser des graphiques, de rédiger des protocoles d’expériences, par exemple.

Et puis, ces projets donnent le goût des sciences et des techniques, à une époque où les filières scientifiques et techniques sont moins cotées. Dans cette optique, je privilégie les sciences « à vivre » plutôt que les sciences « à suivre ». Ça permet de valoriser ceux qui éprouvent des difficultés en maths ou en français, parce que ces activités sollicitent d’autres compétences, ce qui les réconcilie avec la vie scolaire.

Où avez-vous trouvé les ressources pour mener ces projets ?
J’ai commencé seule, en accumulant un matériel de plus en plus fourni. Au bout d’un moment, en m’intéressant de plus en plus aux sciences, j’ai contacté l’ASBL Hypothèse. Cette année, j’ai aussi suivi la formation « Didac’Sciences » à l’Helmo. Chaque année, Hypothèse propose un thème aux écoles. Depuis quatre ans, j’y participe avec ma classe. Il y a quelques réunions par an avec les enseignants des autres écoles, et moi j’effectue le relai dans mon école. J’explique à mes collègues les possibilités d’activités, il y a quelques concertations sur le sujet, parfois même une journée de formation, comme cette année.

Grâce à l’implication de ma directrice, toute l’école est touchée : elle assure la continuité du projet, depuis les maternelles jusqu’à la 6e primaire. J’insiste vraiment sur l’importance de la confiance que m’accorde ma directrice, et sur le rôle de toute l’équipe éducative !

Quelle place occupent ces activités dans l’horaire de la classe ?
Je ne saurais pas vous dire, mais cela n’a pas vraiment d’importance, parce qu’il y a une réelle interaction entre ces activités et les autres disciplines.

Votre sentiment lors de la remise des prix ?
De la fierté, parce que c’est une reconnaissance pour le travail accompli. Ça me conforte dans mes choix et dans les orientations de ma démarche pédagogique… Je voudrais aussi féliciter les autres lauréats (lire ci-contre). Et ce qui m’a beaucoup touchée, c’est que les membres du jury venus dans ma classe m’ont dit qu’ils auraient bien voulu apprendre les sciences comme mes élèves…

Propos recueillis par
Didier CATTEAU

http://www.sk-fr-paola.be/fr

Six lauréats

Première lauréate du Prix « Soutien extra-scolaire aux jeunes et à leur école », l’ASBL Entr’aide, de Jemappes, organise des ateliers de soutien depuis onze ans, au sein des écoles partenaires. (http://www.asblentraide.be).

Les deux autres lauréats ? L’ASBL Odyssée (Bruxelles), qui aide des adolescents en rupture scolaire (http://www.odysseeasbl.be). Et la Fondation Dyslexie (Bruxelles), pour son Programme Ambition Lecture (http://www.fondation-dyslexie.org).

Les lauréats du Prix « Sciences, maths et techno, une clé pour notre avenir », outre Isabelle Farine (lire « Prix Paola pour l’enseignement : Vivre les sciences »), sont : Laurent Fourny (Institut Bischoffscheim, Bruxelles) pour son projet visant le diagnostic précis pour chaque élève des lacunes en maths, avant une remédiation ciblée ; et Nora Ben Ayad (Collège Saint-François, Bruxelles), pour son projet Les sciences au service du développement durable.

Moteur de recherche

La dernière édition

Toutes les éditions

Retrouvez toutes les éditions de PROF.

Tous les dossiers

Retrouvez également tous les dossiers de PROF regroupés en une seule page !