Menu Enseignement.be

 
ATTENTION: cette page est visible uniquement depuis l'intranet de la Fédération Wallonie Bruxelles.

Le harcèlement à l'école ?

 

La plateforme « Harcèlement à l’école » est créée dans le cadre des mesures de prévention et de prise en charge du harcèlement et du cyberharcèlement à l’école, approuvées par le Gouvernement de la Fédération Wallonie-Bruxelles le 26 aout 2015.

La plateforme recense des ressources et des informations utiles pour les équipes éducatives, les parents et les élèves et vise à sensibiliser l’ensemble de la communauté éducative au phénomène du harcèlement entre élèves.

Les listes de ressources proposées ne sont pas exhaustives mais destinées à être enrichies au fur et à mesure de l’évolution de la plateforme.

 

Qu’est-ce que le harcèlement ?

Le harcèlement entre élèves peut prendre des formes diverses :

  • verbales : insultes, moqueries, rumeurs...
  • corporelles : pousser, pincer, contraindre à certaines actions...
  • matérielles : vols, cacher des objets, racket...
  • relationnelles : rejet, exclusion (quand un élève arrive, tout le monde s’en va)…
  • électroniques : cyberharcèlement via les sms ou les réseaux sociaux (par ex. poster, sans l’accord de la personne, des textes à caractère humiliant, des photos…).

 

Le harcèlement se différencie des autres faits de violence par les trois caractéristiques suivantes :

  • l’intention de nuire : l’agresseur a l’intention délibérée de nuire même si la plupart du temps il prétextera qu’il s’agit simplement d’un jeu ;
  • la répétition : il s’agit d’une agression qui perdure à long terme, à caractère répétitif ;
  • la disproportion des forces : il a lieu dans le cadre d’une relation dominant/dominé, la victime ayant des difficultés à se défendre.

 

La plupart des actes du harcèlement se commettent en présence de trois parties :

  • un ou des « harceleurs » ;
  • une ou des victimes ;
  • les témoins.

 

Les spectateurs encouragent le harceleur par leurs rires, leur participation ou leur immobilisme (en n'essayant pas de mettre fin à la situation de harcèlement).

Le harcèlement peut survenir autant chez des élèves du fondamental que ceux du secondaire.

 

Comment le détecter ?

Détecter une situation de harcèlement entre élèves n’est pas facile : cette forme de violence est invisible et souvent perçue par les adultes comme de simples conflits ou taquineries entre enfants ou adolescents.

Souvent, l’enfant ou l’adolescent n’ose pas en parler à ses parents pour diverses raisons : crainte d’aggraver la situation, risque d’inquiéter ses parents, culpabilité (il pense que cela est de sa faute)…

Les signes qui peuvent vous alerter peuvent varier : troubles du sommeil, irritabilité, repli sur soi, anxiété, colère, déprime… mais aussi les troubles liés à l’anxiété et/ou au stress (tels que les maux de ventre ou de l’eczéma).

Les équipes éducatives peuvent, quant à elles, constater une diminution des résultats scolaires, un absentéisme, des troubles du comportement (tels que les crises de colère), une attitude provocante ou, à l’inverse, un repli sur soi.

La méconnaissance du phénomène de harcèlement, associée au silence des victimes, peut retarder la prise de conscience de l’entourage.