Enseignement.be - Refonte de la formation initiale des enseignants : Premier axe

banner du site

Menu Enseignement.be

 

ATTENTION: cette page est désactivée et n'est pas visible par les internautes.
Toutefois, vous pouvez la voir car vous êtes connecté à l'intranet de la Fédération Wallonie Bruxelles.

ATTENTION: cette page est visible uniquement depuis l'intranet de la Fédération Wallonie Bruxelles.

ATTENTION: cette page n'est normalement plus visible du tout.

ATTENTION: cette page n'est plus visible du tout depuis le 31-12-9999 à 00:00.

ATTENTION: cette page ne sera visible qu'à partir du 05-08-2013 à 00:00.

Refonte de la formation initiale des enseignants : Premier axe

 

À partir de la rentrée académique 2013-2014

Le premier axe en détail :

Il faut impérativement soutenir les initiatives porteuses en matière de collaboration entre acteurs (formateurs, maitres de stage, chercheurs,…) et permettre leur développement par le biais d’un projet novateur soutenant, dans le même temps, la pratique des enseignants novices notamment par la valorisation des enseignants expérimentés. Il s’agit là d’un moyen de favoriser également la formation continue des formateurs.

Faire connaitre et soutenir les dispositifs de collaboration entre acteurs et les pratiques qui portent leurs fruits, dans chaque institution de formation initiale et entre elles

Faire connaitre – notamment via le site enseignement.be et le magazine PROF :

  1. les dispositifs spécifiques de collaboration et de co-formation mis en place par certaines Universités et Hautes Ecoles  (recherches en commun, organisations centrées sur des disciplines, coordination de stages, …) ;
  2. la diversité des organisations et des pratiques des ateliers de formation professionnelle (choix effectués en matière de  finalités, répartition horaire, contenus, objectifs, coanimation par différents professeurs,…) ;
  3. les variantes – et les raisons des choix - dans les pratiques de préparation, d’organisation et d’encadrement des stages (micro enseignements à l'Université, séminaires de réflexion en ESA, ateliers de formation professionnelle en HE, pratiques d’évaluation, suivi des étudiants, …) ;
  4. les ressources pédagogiques (en ce compris, les dossiers professionnels réalisés dans le cadre des CAPAES par exemple), groupes de travail et de réflexion constitués autour des disciplines et les associations ;
  5. les activités de promotion de la réussite mises en oeuvre ;

Cerner avec les acteurs concernés et, le cas échéant, mettre en oeuvre :

  1. les aménagements possibles dans les grilles horaires / programmes de cours ;
  2. les cours dont les intitulés trop vastes permettent des contenus variables (pour éviter que contenus et programmes varient selon les formateurs et les écoles) ;
  3. les solutions pour lutter contre l’éclatement des cours, améliorer les conditions des cours A en HE, le transfert méthodologique et la didactique des disciplines, les restructurations au régendat, et pour lever les insatisfactions liées aux masters à finalité didactique ;
  4. les points forts des contenus de la récente formation mise au point dans les ESA pour s’en inspirer ailleurs ;
  5. le développement de la « mise en réseau » des acteurs et la fédération des ressources, via le site enseignement.be et/ou une nouvelle plate forme spécifiquement dédiée à la formation initiale des enseignants ;
  6. les nécessaires renforcements des contenus en didactique des disciplines ;
  7. la création d’un lieu de coordination, de collaboration entre les acteurs de la formation.

Corriger les incohérences administratives relevées à l’occasion de l’évaluation de la formation initiale

  1. Concevoir des formations spécifiques pour la formation continue des formateurs d’enseignants (relativement à la gestion de classe, la didactique des disciplines… par exemple) ;
  2. Améliorer les outils statistiques de pilotage de l’enseignement supérieur :
    • disposer de données statistiques exhaustives et fiables ;
    • améliorer la collecte et l’analyse des données chiffrées afin de saisir les évolutions des effectifs à l’entrée et à la sortie et de disposer de données prévisionnelles ;
    • avoir une vision globale et précise de la pénurie d’enseignants ;
    • améliorer les bases de données et suivis des cohortes d’étudiants ;
  3. Evaluer, pour l’améliorer, le fonctionnement du CAPAES: la formation, la supervision, le tronc commun avec l'AESS, le jury.

Développer un dispositif nouveau qui articule enseignement-formation-recherche

Il s’agit d’une piste concrète qui fera de la recherche le vecteur de communication entre institutions, et qui permettra la naissance d’un dispositif de « co-formation de formateurs » au départ de questions relatives à l’accompagnement de la pratique de nouveaux enseignants.
Ce dispositif implique à la fois le développement d’une plate-forme électronique, de séquences vidéo montrant la pratique de futurs enseignants en stage voire d’enseignants en fonction, le témoignage et l’analyse critique de professeurs, de chercheurs, de conseillers pédagogiques,…
Ce dispositif aura à la fois la fonction d’accompagnement des jeunes enseignants en début de carrière, de centre de ressources et de documentation, de mise à disposition d’outils pour les formateurs, et pourrait être alimenté par le travail de chercheurs et de formateurs et, de
la sorte, contribuerait à valoriser les productions localement mises en oeuvre

  1. Faire le point sur les ressources existantes en Fédération Wallonie-Bruxelles (au niveau des chercheurs, des formateurs dans chaque institution de formation actuelle, et les enseignants en fonction) ;
  2. Travailler en collaboration avec l’Institut Français de l’Education (IFE) qui a développé une plate-forme ayant pour objectif initial le soutien aux nouveaux enseignants (projet Neopass@action) ;
  3. Développer des séquences de co-formation (à l’instar de celles qui se trouvent déjà sur la plate-forme de l’IFE) via des projets pilotes entre nos chercheurs, formateurs, conseillers pédagogiques, inspecteurs et enseignants en fonction ;
  4. Elaborer, avec les institutions de formation initiale actuelles, un dispositif de travail en collaboration pour accompagner les enseignants novices dans leurs premiers pas professionnels ;
  5. Pour développer la formation continue de tous les co-formateurs (didacticiens, maitres de formation pratique, maitres de stage,  pédagogues,…), mettre en place une obligation de formation et assurer la coordination d’une offre de formation ;
  6. Pour répondre en partie à la problématique du manque d’expérience des formateurs dans le niveau d’enseignement auquel ils forment leurs étudiants, exiger et organiser le passage obligé par la pratique de terrain – prenant la forme d’un stage d’observation ou « d’immersion » (à prévoir par exemple pour un licencié en mathématiques donnant cours de didactique des maths aux futurs instituteurs primaires)
    • Les maitres de formation pratique pourraient avoir un rôle spécifique à jouer en collaboration avec leurs collègues formateurs (dans le cadre du CAPAES) ;
    • Les maîtres de stage pourraient voir leur rôle spécifique mieux défini dans la « co » formation, ou être  concernés par une mesure spécifique qui valorise leur fonction (reconnaissance de formations suivies, implication spécifique dans l’institution de formation initiale,….)

 

 

 

 

 

logo des recours FAQ CEB CE1D CESS
logo du site Mon Espace
logo du pacte d'excellence
logo FAQ+
logo des annuaires scolaires
logo espace enseignant
logo des communiques de presse
logo du magazine PROF