Enseignement.be - Décolâge - Kit pédagogique : Le jeu de la table

banner du site

Menu Enseignement.be

 

ATTENTION: cette page est désactivée et n'est pas visible par les internautes.
Toutefois, vous pouvez la voir car vous êtes connecté à l'intranet de la Fédération Wallonie Bruxelles.

ATTENTION: cette page est visible uniquement depuis l'intranet de la Fédération Wallonie Bruxelles.

ATTENTION: cette page n'est normalement plus visible du tout.

ATTENTION: cette page n'est plus visible du tout depuis le 31-12-9999 à 00:00.

ATTENTION: cette page ne sera visible qu'à partir du 13-09-2012 à 00:00.

Décolâge - Kit pédagogique : Le jeu de la table

 

Objectifs du document

  • Décrire le jeu de la table et mettre en évidence les stratégies à mobiliser pour gagner.
  • Illustrer l’intérêt d’une utilisation pertinente du jeu dans la construction des premiers apprentissages mathématiques.

En quoi consiste le jeu du son seul ?

Le jeu de la table est un jeu d’apprentissage. Il a été créé de façon à ce que l’élève puisse apprendre à s’organiser et s’orienter dans l’espace mais également pour qu’il travaille les opérations infralogiques1 et plus spécialement le dénombrement.

L’orientation dans l’espace fait partie des compétences à travailler dès l’école maternelle. Dès lors, en imitant une situation réelle, le jeu de la table constitue une occasion ludique et sensée pour y parvenir. Au-delà de l’orientation spatiale, le jeu de la table touche également à la compétence de dénombrement et de correspondance terme à terme qui entrent dans la construction du concept de nombre. En effet, cette activité amènera l’élève à quitter l’hypothèse pré-numérique du concept de nombre pour entrer peu à peu dans le comptage et le dénombrement.

Le jeu de la table est téléchargeable sur le site enseignement.be. Pour construire le matériel, il suffit d’imprimer les différentes cartes qui sont proposées et de préparer (plastifier et découper) le matériel adéquat (la vaisselle proposée dans le restaurant). Ensuite, place au jeu !

Le lien ci-dessous vous permettra de visionner une courte séquence vidéo qui explique comment réaliser le matériel de ce jeu mais également comment y jouer, les stratégies à mobiliser pour gagner. Ce lien vous permet également de télécharger la planche de jeu.

1 Les opérations infralogiques portent d’une part sur les quantités continues et sont fondées sur les voisinages et les séparations. Elles mènent aux notions de temps, d’espace, de constitution de l’objet en tant que tel et sont à l’origine de la mesure. Les opérations infralogiques ciblent d’autres aptitudes telles que la classification, la sériation, la correspondance terme à terme, le comptage et le dénombrement.

LIEN

Quand utiliser le jeu de la table? Quelles sont les compétences ciblées?

Le jeu de la table incite l’élève à s’orienter dans l’espace mais vise également la compétence de dénombrement liée à la construction du concept de nombre.

Ce jeu peut aider des élèves qui font des hypothèses de type numériques à avancer dans leur raisonnement afin d’émettre des hypothèses de dénombrement.

Attention, cette conceptualisation ne pourra se faire que si un échange entre l’enseignant et les élèves (pendant ou après le moment de jeu) a lieu pour les amener à se rendre compte des différentes caractéristiques des nombres et des stratégies possibles pour gagner.

Fonctionnement du jeu

Nombre de joueurs : 4 joueurs, dès 5 ans.
Matériel :

  • 6 cartes « famille » ; 6 cartes « menu » ; 6 cartes « table »
  • un modèle de référence de table mise
  • 22 cartes « tiroir » : 4 cartes « assiettes » ; 4 cartes « couteau », 4 cartes « fourchette », 4 cartes « verre à eau », 3 cartes « cuillère », 1 carte « tasse à café », 1 carte « verre à vin », 1 carte « bol à soupe » (ces cartes « tiroirs » constitueront la pioche).
  • une armoire comprenant : 25 assiettes, 25 couteaux, 25 fourchettes, 25 cuillères, 25 verres à eau, 25 verres à vin, 25 tasses à café, 25 bols à soupe.
Objectif du jeu :
Être le premier à avoir dressé la table en fonction du menu et de la famille tirés au sort.
Règles du jeu :
Chaque élève joue le rôle d’un restaurateur qui accueille une famille dans son restaurant. Pour ce faire, le joueur est amené à dresser la table pour sa famille en fonction du menu « choisi ».

Ainsi, chaque joueur tire au sort une carte « famille » qui lui permettra de connaître le nombre de personnes qui prendront place à la table. Il tire également une carte «menu » qui indique ce que la famille mangera. Cela déterminera la vaisselle dont le joueur aura besoin pour dresser la table.

Chaque joueur choisit donc une table en fonction de sa carte « famille ».

Le premier joueur tire dans la pioche commune une des cartes « tiroir » et voit s’il a besoin de l’objet représenté sur la carte. S’il en a besoin, il détermine la quantité nécessaire et en prend le nombre exact dans l’armoire.

Il place ensuite ces objets à leur emplacement correct sur sa table.

Exemple : Julie tire la carte « assiette ». Elle doit mettre la table pour une famille de cinq personnes (deux adultes et trois enfants). En fonction du menu qui leur est attribué, elle vérifie que celui-ci nécessite d’utiliser des assiettes. Elle prend alors cinq assiettes dans l’armoire – puisque la famille est composée de cinq personnes – et les place convenablement sur la table. Pour ce faire, elle peut s’aider du modèle à sa disposition.

Autre exemple : Bilal tire une carte « tasse à café ». Personne dans sa famille ne boira de café.

Il ne prend pas de tasse à café dans l’armoire. Il passe son tour et jouera au tour suivant.

La partie de jeu se déroule ainsi de suite jusqu’à ce que le premier joueur ait terminé de mettre la table pour sa famille.

Bon appétit !

Remarque : En maternelle, ce jeu gagne beaucoup à être joué avec le matériel concret de la dînette car les cartes sont petites et, par conséquent, difficile à manier pour des élèves de cet âge.

Quelles sont les stratégies à mettre en place pour gagner ce jeu ?

Certains élèves prendront directement en compte le nombre de personnes qui composent la famille. Dès lors, ils reporteront ce nombre sur chaque objet nécessaire à prendre dans l’armoire. Ainsi, si un élève tire une famille de cinq personnes et qu’il tire « une assiette » dans la pioche, il ira directement chercher cinq assiettes dans l’armoire. Un autre élève, qui n’aurait pas encore compris le concept de cardinalité, qui ne parviendrait pas encore à dénombrer une quantité, ira plutôt chercher les assiettes une à une dans l’armoire pour les positionner au fur et à mesure sur la table. Il fera alors appel à la correspondance terme à terme en plaçant « une assiette pour le papa, puis une autre assiette pour la maman, etc ». D’autres élèves, pas encore capable d’effectuer cette correspondance terme à terme, pourraient quant à eux préférer le tâtonnement, l’estimation, en saisissant un certain nombre d’assiettes à placer et en déterminant au final s’ils en avaient pris assez, trop ou trop peu.

De plus, tout un travail concernant l’orientation spatiale est à réaliser. En effet, à table, les personnes sont placées face à face. L’élève devra donc positionner la vaisselle de cette manière. Cela n’est pas évident et s’apprend petit à petit. C’est pour cette raison que les élèves qui en ont besoin peuvent bénéficier d’un modèle de « table dressée ».

Par le biais du jeu de la table, l'enseignant se crée une occasion d’analyser la manière dont les élèves parviennent à se doter de la bonne quantité d’objets nécessaires pour mettre la table (estimation, tâtonnement, correspondance terme à terme, dénombrement). L’enseignant peut également observer le déjà-là des élèves en ce qui concerne l’orientation dans l’espace lors du placement sur la table des objets requis pour son dressage. Pendant et après le jeu, l’enseignant peut également amener les élèves à s’exprimer sur les stratégies, les démarches mises en place, leurs pronostics et anticipations au moment de piocher: « Je veux des fourchettes » ou « il me faut des assiettes et c’est gagné ». De cette manière, l’enseignant rend les élèves conscients de leurs actions et du sens de celles-ci. Cela profite à tous les élèves dans la mesure où leurs représentations évoluent.

Enfin, ce jeu peut donner lieu à toutes sortes de discussions et permet de travailler l’argumentation. Certaines remarques peuvent survenir comme par exemple :« chez moi, on boit le jus d’orange dans un verre à pied » ou encore « chez moi, on mange dans des bols »… Toutes ces phrases sont des tremplins pour débattre avec les élèves et essayer de comprendre leurs raisonnements.

Adaptations des règles du jeu (non exhaustif – à décliner au gré des intentions d’apprentissage)

Pour aller plus loin dans la réflexion et l’entrée dans les mathématiques, on pourrait envisager pour des élèves plus grands, une carte menu de la famille avec des menus différents pour les enfants et pour les parents, cela demanderait une analyse plus fine et un comptage différencié pour certains éléments.

Il serait aussi très intéressant d’utiliser les différents coins de la classe pour jouer ce type de jeu. Ainsi, le coin cuisine devient l’endroit parfait pour jouer au jeu de la table.

 

 

 

 

 

logo des recours FAQ CEB CE1D CESS
logo du site Mon Espace
logo du pacte d'excellence
logo FAQ+
logo des annuaires scolaires
logo espace enseignant
logo des communiques de presse
logo du magazine PROF