Enseignement.be - Communiqué de presse du Cabinet de Monsieur le Ministre JC. Marcourt

banner du site

Menu Enseignement.be

logo infos coronavirus
logo du site Mon Espace
logo du pacte d'excellence
logo FAQ+
logo des annuaires scolaires
logo espace enseignant
logo des communiques de presse
logo du magazine PROF
 

ATTENTION: cette page est désactivée et n'est pas visible par les internautes.
Toutefois, vous pouvez la voir car vous êtes connecté à l'intranet de la Fédération Wallonie Bruxelles.

ATTENTION: cette page est visible uniquement depuis l'intranet de la Fédération Wallonie Bruxelles.

ATTENTION: cette page n'est normalement plus visible du tout.

ATTENTION: cette page n'est plus visible du tout depuis le 31-12-9999 à 00:00.

ATTENTION: cette page ne sera visible qu'à partir du 13-10-2016 à 00:00.

Communiqué de presse du Cabinet de Monsieur le Ministre JC. Marcourt

 


Réforme des études de kinésithérapie : adoption du projet de décret en première lecture

6 mars 2018

A l'initiative de Jean-Claude Marcourt, Ministre de l'Enseignement supérieur et de la Recherche, le Gouvernement de la Fédération Wallonie-Bruxelles a adopté ce mercredi 25 avril 2018, en première lecture, le projet de réforme des études de kinésithérapie.

L’objectif de ce décret est de faire en sorte que la formation de tous les kinésithérapeutes articule désormais une formation de base renforcée à une spécialisation professionnelle particulière. 

Pour Jean-Claude Marcourt, « cette réforme prend pleinement en considération l’évolution du métier, le fait par exemple que de plus en plus de kinésithérapeutes travaillent en équipe, mais aussi les avancées scientifiques, médicales et techniques qui font de cette formation une formation exigeante et en perpétuelle évolution ».

Dès l’année académique 2019-2020, le cursus sera porté à cinq années d’études. Il sera codiplômé par les universités et les hautes écoles.

Les formations, qui seront organisées à Bruxelles, Charleroi, Libramont, Liège, Louvain-La-Neuve et Tournai, respectent les volontés de collaboration exprimées par les établissements ; elles maintiennent la proximité géographique dans l’organisation de la formation et permettent de conserver au maximum le personnel dans chaque établissement.

Aujourd’hui, deux tiers des étudiants qui se destinent au métier de kinésithérapeute sont inscrits dans une haute école et un tiers dans une université. Pour prendre en considération cette réalité différente entre universités et hautes écoles, le décret a prévu les mécanismes garantissant à la fois l’emploi et le financement des institutions.