Enseignement.be - Communiqué de presse du Cabinet de Monsieur le Ministre JC. Marcourt

banner du site

Menu Enseignement.be

logo infos coronavirus
logo du site Mon Espace
logo du pacte d'excellence
logo FAQ+
logo des annuaires scolaires
logo espace enseignant
logo des communiques de presse
logo du magazine PROF
 

ATTENTION: cette page est désactivée et n'est pas visible par les internautes.
Toutefois, vous pouvez la voir car vous êtes connecté à l'intranet de la Fédération Wallonie Bruxelles.

ATTENTION: cette page est visible uniquement depuis l'intranet de la Fédération Wallonie Bruxelles.

ATTENTION: cette page n'est normalement plus visible du tout.

ATTENTION: cette page n'est plus visible du tout depuis le 31-12-9999 à 00:00.

ATTENTION: cette page ne sera visible qu'à partir du 13-10-2016 à 00:00.

Communiqué de presse du Cabinet de Monsieur le Ministre JC. Marcourt

 


Cour Constitutionnelle : Jean Claude Marcourt prend acte de l'arrêt qui valide le décret qui instaure l'examen d'entrée en sciences médicales et dentaires

29 novembre 2017

Par un arrêt publié ce 30 novembre, la Cour Constitutionnelle, statuant sur une requête en annulation, a validé le décret qui met en place un examen d'entrée en sciences médicales et dentaires à partir de cette année académique 2017-2018.

La Cour confirme ainsi que l’examen d’entrée organisé le 8 septembre dernier dispose d’une base légale en parfaite conformité avec la Constitution.

La Cour a cependant annulé un article du dispositif (article 13), mais uniquement en ce qu’il empêche les étudiants inscrits aux études de premier cycle en sciences médicales et dentaires avant l’entrée en vigueur de ce décret, qui ont suivi un programme allégé et qui ont réussi les cours prévus par leur convention d’allègement, de terminer l’acquisition des 60 premiers crédits du programme d’études de premier cycle avant de réussir l’examen d’entrée et d’accès. Ces étudiants peuvent donc poursuivre leurs études au cours de l’année académique 2017-2018 sans disposer, à ce stade, d’une attestation de réussite à l’examen d’entrée.

Ils devront cependant être soumis au concours au terme de l’acquisition des 60 premiers crédits du cycle précise la Cour. Jean Claude Marcourt, souligne de son côté que le nombre d’étudiants concernés par cette disposition annulée est très limité.

La demande d’annulation du reste du dispositif a été rejeté par la Cour.