Enseignement.be - Magazine PROF n°43

banner du site

Menu Enseignement.be

logo des recours FAQ CEB CE1D CESS
logo du site Mon Espace
logo du pacte d'excellence
logo FAQ+
logo des annuaires scolaires
logo espace enseignant
logo des communiques de presse
logo du magazine PROF
 

ATTENTION: cette page est désactivée et n'est pas visible par les internautes.
Toutefois, vous pouvez la voir car vous êtes connecté à l'intranet de la Fédération Wallonie Bruxelles.

ATTENTION: cette page est visible uniquement depuis l'intranet de la Fédération Wallonie Bruxelles.

ATTENTION: cette page n'est normalement plus visible du tout.

ATTENTION: cette page n'est plus visible du tout depuis le 31-12-9999 à 00:00.

ATTENTION: cette page ne sera visible qu'à partir du 17-12-2014 à 00:00.

Magazine PROF n°43

 


L'acteur 

Marie-Laure Gras :
« J’avance avec mes étudiants, à côté d’eux »

Article publié le 02 / 09 / 2019.

Formant de futurs enseignants au Certificat d’aptitudes pédagogiques, Marie-Laure Gras a adapté sa pédagogie à ce public d’adultes très hétérogène.

Psychopédagogue, Marie-Laure Gras a travaillé avec des enseignants et des élèves du secondaire avant de proposer aux étudiants en promotion sociale des outils numériques pour faciliter les apprentissages en classe.

Marie-Laure Gras : « L’e-learning libère du temps en classe pour le travailcollaboratif et réflexif. »
Marie-Laure Gras : « L’e-learning libère du temps en classe pour le travailcollaboratif et réflexif. »

PROF : Pourquoi ce choix de l’enseignement de promotion sociale ?
Marie-Laure Gras :
À vrai dire, c’est lui qui m’a choisi ! En 2011, après avoir enseigné à l’étranger, j’ai souhaité poser ma candidature à nouveau dans l’enseignement provincial et j’ai obtenu un emploi à l’Institut provincial supérieur des Sciences sociales et pédagogiques de promotion sociale (IPSMa PS) à Charleroi.

Je travaille à temps plein dans cette école : pour le Certificat d’aptitudes pédagogiques (CAP), mais aussi en formation continue : e-learning et classe inversée.

Quels sont les profils de vos étudiants ?
Nous accueillons des personnes possédant le CESS (soudeurs, chocolatiers…), des bacheliers (infirmiers, éducateurs spécialisés…) et des titulaires d’un master. Côté tranches d’âge, cela va de 20 à 67 ans. Tous viennent conquérir en deux ans un diplôme pédagogique pour exercer une fonction d’enseignant, ce qui correspond à 120 crédits.

Comment gérez-vous l’hétérogénéité de ce public ?
C’est le défi auquel je me suis trouvée confrontée ! Quelles stratégies didactiques appliquer pour répondre aux besoins et difficultés des étudiants: concilier vie familiale, travail professionnel et scolaire (les cours ont lieu l’après-midi, en soirée ou le samedi matin), exigences professionnelles différentes (infirmières retenues par des soins à domicile), hétérogénéité du public au niveau des titres et fonctions ?

J’ai décidé de repenser, de scénariser mes cours en utilisant, pour des séquences choisies, des outils numériques. Ils permettent de travailler la cohérence dans mes cours et apportent à l’étudiant du sens dans ses apprentissages. Des outils numériques et des plateformes sont choisis selon certains critères : ils doivent être gratuits, intuitifs et porteurs de sens pour la pratique.

L’avantage ?
L’e-learning libère du temps en classe pour la résolution de problèmes, la confrontation d’idées, la pratique réflexive…

Cela permet aussi un enseignement plus « à la carte ». À distance, au travers de forums et/ou d’outils numériques, je peux amener les étudiants à s’interroger de manière plus différenciée sur un concept théorique ou sur une analyse de pratique professionnelle et ainsi les amener, de manière individualisée, à plus de réflexion. J’aime l’idée de « créer de la présence à distance ».  

Les étudiants sont attirés par ces outils numériques souvent nouveaux ou peu connus et ils en constatent l’utilité et le sens pour les appliquer en stage. Ils remarquent également l’impact éducatif positif de l’e-learning sur leurs élèves.

Quels sont les atouts de votre métier ?
La nécessité de gérer l’hétérogénéité de mes groupes m’a fait rebondir. Elle m’a amenée à adapter ma pédagogie. Je dois mesurer à quels moments stratégiques je dois être présente en classe et à quels moments je peux les laisser travailler en autonomie.

J’ai une vraie admiration pour les étudiants. Pour avoir présenté le certificat d’aptitude pédagogique approprié à l’enseignement supérieur (CAPAES), je sais combien c’est exigeant de suivre des cours en ayant une vie professionnelle et familiale. Je les considère comme des collègues tout en gardant une certaine distance professionnelle. Ma posture a changé : je ne suis plus le prof sur une estrade ; j’avance avec eux, à côté d’eux, dans un travail collaboratif et réflexif.

Propos recueillis par
Catherine MOREAU

Moteur de recherche

La dernière édition

Toutes les éditions

Retrouvez toutes les éditions de PROF.

Tous les dossiers

Retrouvez également tous les dossiers de PROF regroupés en une seule page !